Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
nouveauté : N3
roman in progress

En ligne : cliquez
Revenez sur les lieux de votre agilité
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 19 avril 2015.

oOo

revenez sur les lieux de votre agilité
la maison rouge aux volets clos l’hiver
vous inspirait des haines en même temps
que les graphismes verts apagogiques
des pins qui cachaient d’autres baies
vitrées. Reflets des personnes connues
dont la voix n’est pas un exemple
à suivre sans les précautions d’usage :

— la langue sera celle de tout le monde
on ne la chantera pas et elle ne chantera
rien à part l’insuffisance de ses héritages

— la composition sera tout pour retrouver
au-delà des résonnances naturelles acquises
la musique propre au langage des hommes
et pourquoi pas à celui des animaux
la baie se mutipliait dans les baies frottées
au blanc d’Espagne et l’Espagne dans l’estuaire
quand trois batialas vous emportaient au large
pour aller à la pêche à la pésète. Brisant
d’autres reflets recherchés avec la hargne
revenez sur ces lieux qui ont compté
revenez au bord de ce qui avait un sens
alors que rien n’en avait plus depuis
qu’il n’était plus question de croire
à la langue exemplaire des donneurs
de leçons. Sautant par-dessus le portail
pour atteindre la première vitre d’amour
les murs rouges de la maison sentaient
la marée et la poudre des fusils. Là-bas
trois batialas fuyaient le jour et la nuit
plus de figuiers au bout de la montagne
qui se perd une fois par jour dans la mer
des barques revenaient de la pêche à la pésète
suivant comme des dauphins le sillage
blanc des mythes rencontrés de nuit en nuit
dans cette abondance de signaux contradictoires
parce que la langue ne chantait plus à tes oreilles
et que la pensée avait trouvé une autre clé
au fil des compositions vertes et rouges
qui saturaient la vague en retour et ses touristes
noyés. La terre se plie en ces endroits du monde
elle affecte des angles qui appellent l’eau
comme en témoigne la présence d’un orque
dont il ne reste plus que la tête grouillante
la voyant et voyant la dragueuse dans le canal
à marée haute. Plus loin une locomotive hurlait
comme une femme au travail. Ni jour ni nuit
pas d’écoulement non plus au fil de l’eau
le batiala fendant l’eau jaune qui rencontrait
ainsi les eaux vertes du fleuve bâclé d’infini
il y a une enfance au coeur de l’écriture
avoir été trahi pour si peu de raisons
et n’être pas lassé de ces régurgitations
la maison rouge devenait le milieu des choses
celles que l’esprit assemblait pour un temps
le temps de se préparer à partir dans ce sens
coupant par la roche dure des pivots
retrouvant le soleil au bout du feu
laminé par l’angoisse comme le fil
par l’étirement des explications valables
vous êtiez agile et rapide et même loquace
mais ne parlant plus que votre propre langue
revoyant les trois batialas dont l’un chavire
laissant à la mer un équipage médusé
et sa coulée à pic dans la profondeur et le sens

Site officiel [>>

 

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -