Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Pinède
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 28 septembre 2015.

oOo

Enfants, nous n’allions jamais dans le Sud,
Nous allions dans le Midi

La chaleur des pins, respiration marine
Somnolence bercée par le chant des cigales
Soudain, toujours enfant,
Courir jusqu’à la mer, le cœur plein de jeux, et voilà,
Giflés par le vent,
Apleins poumons, transis par l’insaisissable présence

Les mots,qu’un peu de bleu égratigne, claquent au vent
Face à la mer houleuse
Le ventre et les seins des femmes, pour un temps, résument le monde
Heures fécondes
Fleurs de sel sur la peau,
Douces aspérités du sable

Avides, les mains plongent dans la fraîcheurhumide de l’estran
Plus tard, devenues caresses profondes, elles se souviendront
La salure fouette le jeune bâtisseur

La tête lourde de soleil
Laisser là le sable et la mer à leurs amours
A la tente revenir chargé d’odeurs marines,
Affamé, le cœur léger, ivre de fatigue

Les arts commencent là, dans des batailles assouvies
Et la pinède enivre,
Ce tumulte

L’ardeur des sèves monte à l’assaut des falaises ligneuses
Le pays s’y attarde, monte dans les yeux, s’insinue dans le cœur
A la vague marine qui renverse-embrasse répond le calme trompeur de la pinède
Ecumante de lumière, cette dernière,
Les aiguilles craquent sous les sandales

Un tout autre combat commence
Fébrile, à bout de patience, lent et sûr,
Travail de sape en pleine construction

L’aplat du ciel sur la mer
La lumière amoureuse des vagues
Et ce trop-plein d’amour qui monte des pins
Et plus encore qui n’a pas de nom,
Les engendre tous,
Voilà ce sur quoi une enfance sage s’appuie
Plus tard, beaucoup plus tard,
N’en pas faire une béquille
Toujours, il doit s’agir de ne jamais tenir en place

A la folie l’enfant aimerait les mots héraclitéens
Les ignore pour l’heure
Règle son temps sur le soleil et les marées
Se couche encore trop tôt pour admirer la lune dans tout son éclat
Pressent que partout le monde abonde dans ses sens
Il le portera bientôt en lui
Où qu’il aille, quoi qu’il dise ou taise
Face à l’immonde

Des dieux, dans un silence, il est brièvement question
Air et chaleur, c’est tout un
Les collines acquiescent en silence

La lumière dans tes yeux ne m’accompagne pas dans l’incertain qui s’attarde
Les chemins anciens m’appellent
Je ne remonte pas le temps
Le laisse à sa confusion initiale
Me contente d’aller au-devant du pays qui dit vrai

Aux ramures, hautes branches à la brise mêlées,
Je ne peux m’égaler
A la vie, à la mort, je vais
Dans un même élan

Le sec et l’humide,
Le sable et les aiguilles des pins aimés,
A la mer houleuse arrimés,
Me voilà

 

Jean-Michel Guyot
19 septembre 2015

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -