Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Le feu sacré
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 13 mars 2016.

oOo

Nombreuses
Les flammes dans le bain de feu

Foyer improvisé dans la tente nomade
Feu voyageur fixe le regard sur les flammes agiles

Jaunes safranées et rouges sang, écorcheuses de nuit
Envoûtantes framboises de l’air humide

Dansent dans le soir en émoi
Puissance à son comble qui se dépense sans compter

Le soir est l’appui, la roche mobile
Qui gravite alentour

L’air fraternel embouche la corne de brumes
Tandis que crépitent les bûches

Cliquetis de feu rythment la danse des flammes
Promises à l’air du soir ému

Nulle danse du feu et nul chant entonné dans le tipi,
Tapi dans l’ombre amie, l’esprit du lieu

Que rassemble les conversations nombreuses
Tenues là dans la ferveur de l’amitié pour le monde

Les mots doucement acceptent de faire silence
Laissent aux flammes nombreuses le soin de converser

Cercle dans un cercle, le foyer nomade
L’axe changeant du jour planté ici et non ailleurs

Les flammes observent, curieuses,
Cette femme se dévêtir sans hâte aucune

Fort est leur désir d’épouser la fournaise
Qui semble l’habiter toute entière

Entièrement dévêtue qu’elle est maintenant,
Elle se tient droite et coite à deux pas du chant des flammes

La poitrine est superbe, les hanches comme faites pour une danse
Bondissante

Côte à côte de deux êtres que nourrit une profonde et sournoise complicité
Le feu danseur qui t’habite brave les flammes élancées qui te restent interdites

Tu en partages le principe, sans pouvoir te mêler
Aux flammèches taquines

Il te faut devenirflamme dans une femme
Pour ne pas être dévorée par le brasier avide

Et incontinent dire oui à ce feu mâle qui t’assaille
Tout en faisant tienne l’insolence des flammes

Aussi, à l’excès de chaleur convexe,
Opposes-tu le labyrinthe concave de tes désirs humides,

La lente coulée de sève qui mouille ton sein
Qui bientôt subjuguera la nuit étoilée

Tes eaux bouillonnent dans les profondeurs
Annonciatrices de la crue à venir

Mariage de l’eau et du feu, ton sexe nomade,
D’homme en femme et de femme en homme, il voyage

Cercle dans le cercle, lui aussi, monture d’argent
A l’or mâle mêlé, bouche gourmande et savoureuse

Loin des idoles de bois ou de pierre,
Unique, runique

Dans un jet jeté là dans le cercle magique
De ta vie aux milles chambres,

Ouverte-fermée, d’eau et de feu,
Pierre-ponce à tes heures flottant sur les eaux furieuses

Ou bien roche aérienne prête à te poser
Dans quelque bois où brûle le feu sacré

Qui se convulse en toi

Jean-Michel Guyot
2 mars 2016

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -