Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
nouveauté : N3
roman in progress

En ligne : cliquez
Le drapeau est une grimace
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 20 mars 2016.

oOo

 

Extrait de [La trilogie française...]


« Avec la mort, les rendez-vous qu’un jour sans pain sont plus sinistres, surtout quand ses tristes ministres vous poussent sans explication dans les tourments de l’ignition. Et jusqu’à la fin on se brûle pour répéter sous la férule de la vérité faite chair les fondements de cet enfer. Pour lâcher de sales ordures en respectant la procédure on se secoue le popotin en avalant le bulletin. Il n’y a pas autre chose à faire ! Et croyez-vous qu’on désespère ? Au contraire chaque matin on recommence le tintouin, se torchant même dans l’hygiène, se préservant des allergènes usant de l’eau et du papier, quelquefois y mettant le pied en espérant qu’un bon salaire, un coup de piston au derrière et des avantages sociaux, indiscutables et moraux, bonifieront de la retraite les perspectives moins concrètes. On a de l’espoir en Enfer et des regrets du côté chair, mais l’existence est ainsi faite, ce n’est pas tous les jours la fête et nous n’y pouvons rien changer malgré l’afflux des étrangers qui furent nos bons indigènes. Pas de plaisir sans cette gêne. Tout le monde ne peut pas jouir des métiers vraiment d’avenir, comme juge, élu, fonctionnaire, de police ou pour mieux le faire délateurs des guichets publics ou Sage contrôlant du fric les destinations ménagères. Ce n’est pas tous les jours la guerre. Les résistants, les collabos, l’existence à deux c’est bien beau, mais qui sont ces enfants nature qui finissent dans la culture avec ou sans les subventions ? Bâtards du rêve et des passions, ils défendent plus qu’ils ne créent. Et le cor sonne à la curée, chevaux renâclant sous les tours des vieux châteaux mis au concours. Chez soi l’Enfer c’est une porte. Pour profiter, il faut qu’on sorte, mais pas sans avoir bien chié dans le trou qui pour ça est fait, car le trottoir doit rester propre. Gare aux imprévoyants malpropres ! Sous les fenêtres de l’État, on est bien payé sur le tas. La séparation est publique dans ce genre de république, et non point comme l’esprit veut qu’elle sépare d’un cheveu (un cheveu suffirait à l’aune de ces impossibles gorgones) la Justice du Parlement et le Parlement nettement de l’État sans sages ni juges, car le mélange est ignifuge. Mais au pays des noms en X la séparation est un mix. Doux Enfer que la Médecine entretient dans ses officines avec l’aval des syndicats et des partis du laïcat. Le souffle demeure anxiogène, mais sur le feu son oxygène, indispensable carburant des peuples privés de maman, entretient devoir de mémoire pour reconstruire son Histoire. Quand militaire est l’historien, la science infuse ne vaut rien. Or, la France sans militaires pour perdre savamment les guerres et cultiver ses monuments, est au mieux un vague moment de l’esprit en proie à l’espace. Le drapeau est une grimace, non point de sublime douleur, mais de soulèvement de cœur que la merde avalée provoque chez les jeunes comme les vioques, mais rarement chez les bourgeois. Il ne manquerait plus qu’un roi pour parfaire avec sa famille les entorses de nos chevilles. »

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

 

Site officiel [>>

 

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -