Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Chant d'honneur dans le cul
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 13 septembre 2016.

oOo

Bavardez, humanistes !
Bandez vos cordes à piano.
Le philosophe c’est Socrate.

V’là un curé qui lutte
Contre ses instincts
Naturels.
V’là le maire
Et ses ouailles
Qui vident les verres.
Et des raclures de poètes
Espèrent touner le vers
Dans le sens
De la reconnaissance.

Bavardez, humanistes !
Bandez vos cordes à piano.
Le philosophe c’est Socrate.

Et pis voilà le président,
Et son premier valet,
Et les valets eux-mêmes,
Et pis des fonctionnaires
En veux-tu en voilà !
Ya pus qu’à faire la fête
Entre deux attentats
Lâches et bien horribles.
Dehors j’ai froid au nez
Et dedans je me chauffe.
Formez vos bataillons !

Bavardez, humanistes !
Bandez vos cordes à piano.
Le philosophe c’est Socrate.

Ah ! des fois je me tiens !
Si je sais c’est peut-être
Et si je suis pas sûr
C’est pas moi.
V’là des élus et des choisis !
Ça pullule dans les rues
Et dans les monuments aux morts.
On se croirait retourné
Chez Fifi le papa
Des fayots et des dingues.
Moi je me tiens chez moi,
Pas poète ni vieux,
Médaille en chocolat
De l’honneur dans le cul.

Bavardez, humanistes !
Bandez vos cordes à piano.
Le philosophe c’est Socrate.

Hier je rentre au bercail
Où Bobonne m’attend
Car le repas est prêt
Depuis de longues heures.
Elle est seule et sent bon.
Cinq minutes de sexe
Et puis la Marseillaise
Me rappelle au devoir.
Le nez à la fenêtre,
Je salue le drapeau,
Je montre ma médaille,
Je reconnais mes torts
Mais aussi mes excuses.

Bavardez, humanistes !
Bandez vos cordes à piano.
Le philosophe c’est Socrate.

Croissez dans le verre,
Bulles d’intelligence
Avec l’ennemi !
On connaît la recette.
Ni une di deux
Que je m’y mets !
Aussitôt c’est la fièvre
Qui monte dans le ciel.
Sur l’trottoir j’ai crevé
Mon abcès national.
J’en ai pas d’autre’
À vous offrir,
Passants des rues
et des feux rouges.
Ah ! pour crever
Je suis crevé !
Et je vous en veux pas.
Un jour ou l’autre
On n’est plus rien.
Dite’ à Bobonne
Que je l’aimais.

Bavardez, humanistes !
Bandez vos cordes à piano.
C’est Socrate qui le dit.

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2020 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -