Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Auteurs invités [Forum] [Contact e-mail]
AUTEURS INVITÉS
Depuis avril 2004,
date de la création
du premier numéro
de la RALM.
En « repons » : Gérard Haller
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 28 janvier 2018.

oOo

Gérard Haller, « Le grand unique sentiment », Galilée, 2018


Gérard Haller entre trois poèmes et trois peintures recrée uns scène première qui reste l’aventure absolue de soi à l’autre. Un flux étrange circule par aimantation et peur. Ce double rapport reste un des enjeux majeurs du livre où tout ce qui se reflète crée une ivresse particulière ; où l’inerte fait bouger les lignes en ce qui ressemble à un songe, une sortie du temps :

« c’est comme un jeu / là pas là / comme cette balle
dans sa main d’où passée / là et pas / d’où lancée
avant / rien avant / blanc / toile blanche dessous
et désir de voir et hop la voilà
pomme oui défendue
avant / et terre tout entière de nouveau
promise qui nous revient / hop / là et pas / nue
maintenant oui / portée on dirait par le ciel »

Des nuages semblent s’envoler mais à nouveau revienne avant qu’un clair de lune vide l’âme ou la remplisse d’un accord fugace et éternel.

Entre l’appartenance, l’apparentement dans ce duo amoureux Haller reste aussi proche du monde de la sensation et de l’émotion. Poétique l’écriture fait entrer dans bien autre chose que la petite mort. L’écriture ici prétend à la réalité et le romantisme n’est pas recevable. L’amour appelée ici n’est pas de l’ordre de la nostalgie, mais de celui d’une remontée des sensations.

Les poèmes arrachent à la possession de soi-même et à la stupéfaction de la peur par cet entrée dans le miroir de la nudité qui rappelle à chacun sa propre vie des sens. Est espéré – puis bientôt atteint sans doute - une réponse au fameux "si je suis, qui je suis" de Malone Meurt de Beckett. Haller tord l’amorphie et l’inanité. Les êtres semblent habiter au sein d’un monde qui va se rassemble. L’énergie demeure mais selon d’autres fondamentaux. Derrière le fond poétique et pictural un trouble singulier dans les représentations duales du monde.. L’œuvre vise à la sidération des corps :

« Nue, revenue on dirait de l’autre
bord du temps et s’avançant comme ça au bord
nu de l’image ici pour nous montrer. Voici.
D’un côté le fond sans fond de l’origine, rien,
et de l’autre tout le visible ainsi venant
à la surface, immense immense, tout le jardin
de nouveau et l’écume et la mêlée jaillissante
elle dit des couleurs. Tous les corps oui
venant les uns devant les autres comme ça
se présenter la lumière de nouveau
comme si c’était la première fois »

Un hymen est appelé contre l’absence à soi-même. Il est interdit d’interdire dans un texte et des images qui rehaussent la vision des sexes en tant qu’organes. Les corps s’embrasent n laissant derrière eux les vieux pas incertains. L’artiste fait comparaître et parfois con-paraître le sexe comme témoin de la création en un plaidoyer en faveur des existences. L’auteur fait exister le sexe non seulement comme idée mais substance pour rendre « plus » réelle l’existence vaginale ou phallique.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -