Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Nostalgie urbaine
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 4 mars 2018.

oOo

NOSTALGIE URBAINE

 

 

à te regarder maintenant me regarder

de profil à ton habitude de ta classe distraite

aussitôt je revois tout de ta ville, avec toi, l’autre année

 

(la fièvre des braises urbaines

ce que le vent tiède doit à la tiède nuit des villes

le parloir des hameaux qu’illumine de loin une lumière tendre et rasante d’hiver

 

un ciel de cendre

ta silencieuse voix

et le ciel vert distrait de ton œil vert)

 

et les poèmes que je fais,

un chat tiède contre ma jambe,

pour l’humanité et pour toi

 

qui ne sais pas me lire, et ne m’entends même pas,

ne sont plus à faire

et bientôt déteindront sous la cendre verte des montagnes.

 

 

NOSTALGIE URBAINE II

 

À te regarder maintenant me regarder

de profil de ta classe distraite,

aussitôt je revois ta ville, l’autre année

 

(la fièvre des braises urbaines,

ce que le vent tiède doit à la nuit des villes,

le parloir des nations qu’illumine de loin une lumière tendre et rasante d’hiver)

 

et le poème que je fais,

une chatte tiède contre ma jambe,

pour l’humanité et pour toi

 

qui ne sais pas me lire, et ne m’entends même pas,

certes n’est plus à faire

mais déteint déjà sous la cendre verte des montagnes.

 

Laissons cette petite chatte peureuse

être heureuse dans sa petite tête

qu’elle ne sait pas petite

 

(heureuse à sa façon,

sans savoir qu’elle l’est,

et du moins ronronnante)

 

heureuse comme elle le mérite,

sous un ciel de cendre,

plus que toi,

 

et que mon propre poëme sur toi,

sur ta silencieuse voix

et le ciel vert distrait de ton œil vert.

 

La voilà dans mon poëme,

comme toi ; sans le sentir

davantage que toi.

 

NOSTALGIE URBAINE III

 

À te regarder maintenant me regarder

de profil de ta classe distraite,

aussitôt je revois ta ville, l’autre année

 

(la fièvre des braises urbaines,

ce que le vent tiède y doit à la nuit close,

le préau des parloirs qu’illumine de loin une lumière tendre et rasante d’hiver)

 

et le poème que je fais

pour l’humanité et pour toi

qui ne sais pas me lire, et ne m’entends même pas,

 

ce poème fait

une chatte tiède contre ma jambe

déteint déjà sous la cendre verte des montagnes.

 

Laissons donc cette petite chatte peureuse

être heureuse dans sa petite tête

sans savoir qu’elle est petite,

 

heureuse à sa façon,

sans savoir qu’elle l’est,

et du moins ronronnante,

 

sous un ciel de cendre,

heureuse plus que toi,

comme elle le mérite,

 

et plus que ce vain poëme sur toi,

sur ta silencieuse voix

et le ciel vert distrait de ton œil vert.

 

Elle sera dans mon poëme,

avec même son nom : Belle ;

ouvrant ses yeux sombres

 

à ce son du poëme ;

miaulant sans qu’on l’entende ;

mais le sentant davantage que toi.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -