Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Histoire de Jéhan Babelin (35)
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 22 juillet 2018.

oOo

Je marchais contre le vent,
Donc dans la direction de la mer
Qui luttait contre moi
Mais vainement, vainement,
Car je voulais mourir.
On ne peut pas vivre
De violer et d’être violé
Sans savoir pourquoi
On est violé plutôt que violeur
Ou le contraire si ça arrive.
J’étais désespéré, dégonflé,
Meurtri, assoiffé, presque mort
De ma main et de celle des autres.
Je vous parle d’un moment de désespoir
Comme je n’en avais jamais connu,
Foi d’animal et de poète !

Je sentais déjà le sel.
Il changeait ma langue en statue.
Bientôt l’écume des vagues
Pénétra en moi comme on entre
Sans s’annoncer clairement.
Si c’était le matin, j’étais clair.
Ou gris ou noir si le soleil
Cédait encore à l’infini
Qui courbe jusques à nos sciences.
Était-il possible que je visse
Une sirène ou seulement
Une femme nue ou seulement
En maillot de bain ou même morte ?
Les mots me manquaient.
La peau me quittait.
Mes cheveux flottaient
Ou se laissaient arracher
Par la courbure intense
De la vague en mouvement
Sous le vent.

C’est ainsi qu’on me sauva.
On m’appela Jéhan Babelin.
Et de l’hôpital où je me remis
De l’émotion et du voyage,
Je revins à la maison
Pour y mourir une seconde fois.

« Putain ! Merdier ! Enfer !
Où ai-je mis les pieds
Quand je suis né
Sans le vouloir ?
C’est compliqué,
Alambiqué,
Je suis niqué !
Je voudrais m’en aller
Au diable
Et au bout du monde
En même temps !
Mais je n’ai pas l’argent !
Je n’ai pas le chien !
Je n’ai rien qui vaille !

— Mais si que vous avez !
Me dit une infirmière
Que j’aurais bien épousé
Mais qui avait tellement d’enfants
Qu’elle n’en pouvait plus
De compter sur eux
Pour passer
A la postérité.
Vous avez un trésor caché !
Ça tout le monde le sait.
Vous avez même un chien
Et la laisse qui va avec.
Et la maison ?
Vous oubliez la maison !
Avec son jardin, son arbre,
Son banc de bois peint en vert
Et vos plates-bandes
De fleurs et de légumes.
Ah ! vous en avez de ces choses
Qui moi me font rêver !

— Épousez-moi et on n’en parle plus ! »

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2018 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Le chasseur abstrait éditeur - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

sarl unipersonnelle au capital de 2000 euros - 494926371 RCS FOIX

Direction: Patrick CINTAS

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs ou © Le chasseur abstrait (eurl). - Logiciel: © SPIP.


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -