Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
L‘auto-stoppeuse
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 2 septembre 2018.

oOo

-Mais enfin chef, comment diantre peut-on expliquer pareille chose ? Il devrait bien rester une trace de cette bonne femme. Non ? Il est impossible qu’elle ait survécu à un accident comme celui-ci. Vous avez maté la bagnole, c’était presque de la purée de ferraille ! Cela fait plus d’une semaine que nous courrons au cul d’un fantôme, or moi je ne crois pas à ces conneries.

 Suzy Wallace, shérif du conté depuis une bonne dizaine d’année ne peut répondre à la question de son adjoint. Et pourtant elle en a vu des trucs et des machins rares dans sa vie de flic. Pas trop de carambolages néanmoins sur la Route 66, celle que l’on appelle aujourd’hui l’Historic Route 66. Une portion vieille et oubliée par le trafic moderne qui quelques miles plus au sud se fout éperdument de la nostalgie du temps passé. Le mauvais état de la chaussée ne permet plus, à moins d’être nourri d’un gros grain de folie, à tous les véhicules de rouler vraiment trop vite.

L’accident avait fait trois morts. Le conducteur de la Buick de collection s’était jeté sur un groupe de jeunes blacks qui sortaient de la messe dominicale avant de tomber dans une ornière et de se précipiter au bas du ravin derrière l’église. Depuis le temps que certains réclamaient une barrière de sécurité en cet endroit ! Oatman, minuscule bourgade de l’Arizona, enchâssée dans un col des Rocheuses, en était encore traumatisée. On avait pensé de suite à un nouvel acte raciste dont souffre d’une forme endémique l’état, voir le pays tout entier. Sauf que…

Les pompiers qui avaient désincrusté le corps du conducteur, n’avait rarement vu autant de sang. Surtout en un endroit très particulier. Le sexe de l’homme, identifié comme un certain Ralph Duvivier, soixante quatre ans citoyen du Missouri, ne tenait plus que par une mince bande de peau et la blessure ressemblait plutôt à celle qu’aurait pu faire un piranha, un mini requin, ou une sorte de piège à loup. Des marques de rouge à lèvre d’un vermillon vif ne furent pas immédiatement visibles dans tout ce sang, ce fut la police scientifique qui les découvrit. Aucune autre trace de la femme, pas la moindre particule où un échantillon d’ADN ne puisse être recueilli. Incroyable, ni une goute de sueur, ni un cheveu ni un minuscule morceau de vêtement à se mettre sous la dent pour un analyse.

Vint-huit miles avant le bled, peu après la sortie de Kingman, la voiture avait fait le plein de carburant à la station du Corn Ranch et plusieurs témoins retrouvés ont raconté la semblable histoire.

La fille devait avoir entre vingt et vingt-cinq ans ; pas très grande mais de très agréables proportions selon ces messieurs et paraissant plutôt pute selon ces dames. Les cheveux rougeoyants légèrement ondulés qui couvraient à peine ses épaules étaient fort remarquables. Mais, moins que son chemisier d’un blanc proche de la transparence ne dissimulant rien de petits seins sans aucun soutien. Elle était assise sur le sommet de son sac à dos, posé au pied du panneau imposant le stop avant de reprendre la route vers l’ouest. Juste à la sortie de la station service.

Le jeune Sim aurait bien voulu aller conter fleurette à cette auto-stoppeuse mais les clients affluaient aux pompes et il était plutôt débordé. Comme il avait précisé à la Suzy, il n’avait pas vu arriver la donzelle en question. Ni lui ni personne d’ailleurs... Il participa cependant à l’élaboration d’un portrait robot.

***

Henry Hardisson, surnommé sans trop d’imagination double H, file lui aussi vers l’ouest sur cette même Route 66 quand son attention est attirée par un popotin de toute beauté. Le short de la nana appuyée sur l’aile avant gauche d’une Chevy au  capot levé, moule une pure merveille ! Des jambes… bonnes pour se mettre à l’équerre, avec sur le mollet droit un petit cobra remarquablement tatoué.

Comment ne pas aider son prochain ? Sa prochaine pour mieux dire !

Roulant très lentement, en moins d’une vingtaine de mètres, Double H gare son antédiluvien pick-up Ford sur le bas côté et il attaque directement la mécanique présumée coupable avec des pensées plus que polissonnes derrière la tête.

-Salut mam’selle, elle me parait pourtant neuve votre titine ! Panne d’essence peut-être ?

-Madame s’il vous plait, et je viens de faire le plein.

Difficile de détourner les yeux en direction du moteur, des petits seins sous un corsage si peu sage et tissé d’un fil presque invisible monopolisent l’attention. L’alliance à l’auriculaire de la main gauche, quant à elle, est incapable de freiner l’imagination. Or, le sieur Hardisson, malgré ses soixante-sept ans récemment passés n’en manque pas. Ce coup là, il le sent. La petite dame en veut. Et tout d’abord, rien que pour s’habiller aussi léger, il faut qu’elle cherche. Une véritable provocation, c’est vrai quoi !

Et quand une nana propose, Henry toujours dispose ! D’une voix de miel le voici qui se fait bon Samaritain et un peu menteur.

-Moi je n’y connais rien en mécanique. Je peux vous emmener jusqu’au prochain bled où vous trouverez un garagiste. Le gars viendra vous dépanner ou éventuellement chargera votre Chevy avec une grue. Ca marche ?

-Vous êtes sympa, de plus qu’elle n’est pas à moi et que le pote qui me l’a prêtée n’est pas assuré pour les pannes. J’ai déjà téléphoné à sa compagnie et on m’a répondu que je devais me débrouiller toute seule.

-Pas de problème ma petite dame, je vous embarque.

-Ne vous inquiétez pas, je vous dédommagerai de vos efforts.

C’est ca ma belle, je sens que tu vas m’offrir ton mignon petit cul avant d’arriver à Tijeras. Je connais une déviation qui conduit dans un bois magnifique. Décidemment cette autoroute qui double l’ancienne Route 66 a de bons cotés, on y fait d’intéressantes rencontres.

-Ne démarrez pas tout de suite…et baisse ta braguette grand con ! Tu vas voir ce dont je suis capable. Jeune d’accord, mais yen n’a pas beaucoup qui me battent au jeu de la bouffarde ; la bonne vielle pipe qui fait du bien par où ca passe !

Le vieux n’en croit pas ses oreilles et ses doigts deviennent si malhabiles qu’ils coincent la fermeture éclair. Bientôt apparait un membre mollasson sur lequel une bouche avide va s’activer. Quelle sensation, quelle experte que cette salope. Le sang afflue et enfin la chose prend une tournure plus avantageuse. Lentement, jusqu’à la gorge profonde malgré une dimension non négligeable, avec un mouvement de succion qui s’accentue, les doigts des deux mains eux aussi entrent en action. Ils caressent le ventre et se concentrent maintenant sur les génitales de l’homme. Madame se relève un instant pour demander :

-Retiens-toi mon grand, ce sera meilleur !

La belle change son mouvement, une bourse entièrement dans la bouche elle s’active sur un testicule qu’elle fait monter tel un yoyo en inspirant et soufflant Les mains de l’homme s’affolent sur des petits seins aux mamelons durcissant alors que la fellation reprend.

Le pied ! Le pied du siècle quand enfin monsieur se vide au plus profond de la gorge. Un pied aussitôt suivi, après une fraction de seconde d’étonnement, d’une épouvantable douleur. Le sexe coupé à sa base laisse échapper un flot de sang alors que Double H s’évanouit. Il ne reprendra jamais connaissance.

L’équipe du shérif local a contacté la Suzy qui s’est déplacée. Toujours flanquée de son adjoint qui une fois de plus va marquer son incrédulité.

-Et de trois ! Mais qu’est ce qu’elle veut cette vampire ?

Les deux voitures abandonnées non loin l’une de l’autre ont attiré l’attention. Après le cadavre du pick-up Ford et à quelques pas de la Chevy au capot toujours levé, le premier sur les lieux a trouvé un autre corps mutilé. Des traces de rouges à lèvre vermillon sur tout le corps et le sexe coupé sous le gland, l’homme s’est vidé lui aussi de son sang. Ses papiers ainsi que ceux de la voiture l’ont immédiatement identifié. Un certain Samuel O Brien, d’origine irlandaise comme son nom l’indique, âgé de cinquante neuf ans et habitant le Nouveau Mexique.

 

Et pour la police, il est des fois où elle trouve quand elle cherche.

En 1977, ces trois hommes furent accusés quelques jours après le fait présumé, de viol sur une jeune femme récemment mariée. L’inculpation n’eut pas de suite car ils avaient à l’époque prouvé qu’Emma Rinsch était plus que consentante. Photos à l’appuie de leurs dires, les trois acolytes furent relâchés. On voyait très nettement sur les clichés, la dame s’activer de maintes façons avec une bonne demi-douzaine d’hommes en même temps. Nul doute avec le serpent sur le mollet droit. Se disant honteux d’avoir eut à se défendre en montrant la vraie nature de madame Rinsch ; le trio était sorti des locaux de la police où le juge les interrogeait avec, selon les témoins dont un journaliste local, un sourire goguenard.

Elle s’appelait Emma Ferguson avant son mariage. Madame Emma Rinsch a vu son mari se détourner d’elle avec dégout, retourner dans sa Louisiane natale où il s’est peu après suicidé d’une affreuse manière. Les alligators du bayou ne sont décidemment pas des sentimentaux.

Emma meurtrie, devenue pratiquement folle a rejoint l’amour de sa vie. « Pour le meilleur et pour le pire » avait dit le juge ! On n’a jamais retrouvé les corps évidement mais la certitude de la fin tragique de madame Rinsch a été communiquée par la police de Lake Arthur, un gros bourg à mi chemin en ligne droite entre Houston et Bâton Rouge. C’étaient bien ses empreintes digitales sur le bateau volé au ponton du bayou.

-Mais enfin chef, je ne crois pas en ces conneries ! Ce doit être une de la famille qui s’est vengée ! Il faut que nous enquêtions dans ce sens.

-Peut-être, peut-être. Répondit Suzy le shérif.

***

Paméla Anders, ne peut croire en la chance qui la touche aujourd’hui. Elle s’est présentée sous l’aspect d’une belle jeunette bien habillée, avec des vêtements classiques apparemment de grandes marques. La vielle Paméla ayant tout juste soixante ans, n’aurait pu prétendre à un tel amour, aussi éphémère puisse-t-il être.

Autrefois elle aimait les hommes, mais à un point inimaginables. Tous ceux qui l’ont connue n’ont eu pour elle qu’un seul qualificatif : une véritable salope. Aucun connaissant son addiction au sexe n’aurait voulu d’elle comme épouse. Un seul partenaire ne pouvait jamais la satisfaire ; afin de connaître le plus minime orgasme il lui en fallait plusieurs à la fois. Plus encore, nombreux et si possible bien baraqués. Comment a-t-elle retourné sa veste et versé sur un penchant plus féminin ? Pam s’en souvient parfaitement. Une lointaine cousine l’avait initiée à ses cinquante ans passés. Son bas-ventre en frémit encore.

La mignonette faisait du stop à la sortie d’Albuquerque au Nouveau Mexique et elle se dirigeait vers l’est par l’Historic Route 66. A peine installée dans son Oldsmobile elle a demandé innocemment : 

-J’ai faim ! Vous n’auriez pas un petit quelque chose à grignoter ? 

-Ici non, mais je n’habite pas bien loin. Les gens prétendent que mes omelettes sont les meilleures du monde. Ils exagèrent certainement et je vous invite à déjeuner, vous pourrez juger par vous-même. C’est marrant, il me semble que vous me ressemblez. Enfin, pardon ne vous offensez pas, du bon temps où j’étais plus jeune bien sûr.

-Banco pour le déjeuner !

 L’omellette n’a pas été aussi parfaite, certainement l’émotion additionnée d’une certaine fébrilité. Et si… ?

Il y a. Et c’est incroyablement bon. La jeune autostoppeuse n’a pas encore ôté son pantalon au pli impeccable, seule sa petite poitrine est dénudée Mon dieu quelle technique ! Le souvenir de sa lointaine cousine est plus que ravivé avant d’être soudainement dépassé. Paméla est en transe, elle se transforme en fontaine, événement qui ne lui était jamais arrivé. Les draps son maintenant trempés et gluants. Une onde intense la parcoure.

-Attends, retiens-toi, cela sera meilleur. J’enlève mon futal, et tu verras que ma petite culote est la plus minuscule qui puisse exister.

La bouche vermillonnée reprend son travail et un nouveau magnifique orgasme revient… Relâchement de tous les sens, mais la vue reste vive. Dans la position élaborée où sa partenaire officie, un cobra tatoué apparait sur le mollet droit.

Bref vieux souvenir et immédiate horrible douleur. Son clitoris ainsi qu’une bonne partie des chairs l’entourant sont arrachés. La mâchoire vient de cisailler jusqu’au plus profond des petites lèvres de son sexe sur la partie supérieure.

Emma sera retrouvée vidée de son sang deux jours plus tard. Son voisin inquiet, alerté par une nuée de mouche, est venu jeter un œil et il en a vomi ses trippes. Les minutieuses recherches des techniciens de la police ne vont pas permettre la moindre découverte.

Et personne ne saura jamais que, quarante et un ans auparavant, la salope de Paméla s’était prêtée à des poses photographiques. Avec plusieurs hommes dont trois de ses habituels partenaires. Disons… un peu gênés par une plaine déposée pour viol. L’un d’entre eux, doué pour la peinture, avait soigneusement dessiné un cobra sur son mollet droit.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2018 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Le chasseur abstrait éditeur - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

sarl unipersonnelle au capital de 2000 euros - 494926371 RCS FOIX

Direction: Patrick CINTAS

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs ou © Le chasseur abstrait (eurl). - Logiciel: © SPIP.


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -