Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Il n'en restait pas moins que Burelle, la...
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 14 octobre 2018.

oOo

Il n’en restait pas moins que Burelle, la vérificatrice des vérificateurs, avait tendu un piège à Roger et que Roger ne s’en était sorti qu’en maquillant les preuves avec elle. La tête qui était posée sur le corps de Roger, lequel faisait feu de son arme en direction de l’autre rive où des filles paniquaient sans trouver la sortie, était celle de Fred. Ce document soumettait Roger à Burelle qui en possédait l’original (avec la tête de Roger) et Fred devenait la proie de Roger qui le conservait sous le coude « des fois queue ».

Fred ne trouva pas la force d’en parler à son père. Celui-ci était d’ailleurs trop occupé à démêler les fils d’une actualité toujours plus complexe que le Réseau proposait à ses abonnés. Fred ne possédait pas même une copie de la vidéo. Roger la lui avait fait visionner sur un PC non connecté (à sa connaissance) et lui avait fait entendre que s’il ne respectait pas les conditions de sa mise sous tutelle Burelle le menacerait alors de révéler à la hiérarchie l’original de la copie. Ainsi, Roger se retrouverait devant un tribunal interne dont rien ne filtrerait tandis que lui, Fred, verrait sa réputation de délinquant soumise au jugement de la foule des réseaux. Certes Roger subirait les sanctions prévues par le Règlement Intérieur mais cette humiliation non publique verrait ses effets quelque peu atténués par la diffusion de la copie bidonnée. En bout de chaîne, Fred finirait par sombrer dans la dépression. La question de son suicide se poserait alors avec une acuité éclatante de vérité.

En en parlant non moins clairement, luce démontrait sa propre clairvoyance. Fred l’admira aussitôt, non pas comme objet sexuel, mais comme exemple à suivre, autrement dit comme amie. Il débanda dès qu’il eut compris la manœuvre du BV ainsi mise en évidence par l’esprit aux aguets de la tendre et éblouissante luce. Il banda encore deux ou trois fois en sa présence, éjaculant même une fois, mais la maîtrise du désir devint son nouveau cheval de bataille. Il en oubliait presque qu’Alice occupait encore dans son sommeil les meilleures prouesses de la turgescence et de la volupté. Il est vrai que luce avait décroché un prix de nouvelle. Pas le sommet en la matière, mais tout de même un prix convoité par la majorité des narrateurs du pays et des nations associées par la langue. Fred, qui avait peu écrit et surtout n’avait aucune idée de l’œuvre à projeter sur l’écran des nations, lisait et relisait la nouvelle en question pour en apprécier le mieux possible les mérites littéraires et la profondeur humaine.

« Tu n’obtiendras rien de valable si tu n’associes pas la qualité littéraire, voire poétique, aux valeurs de l’humanisme le plus raisonnablement révolté, » lui avait dit Roger Russel au bord de la rivière.

Les culs des jeunes filles, bien cadrés par le système, envahissaient l’espace visuel, provoquant des contractions souvent insoutenables, mais Roger ne sortait plus son arme de service. Il se contentait de relever l’infraction, prodiguant en même temps des leçons d’écriture à son protégé, lequel en soumettait la teneur à une luce toujours critique. Et c’était ces critiques qui nourrissaient maintenant la production narrative du jeune prétendant. Il les versifiait, tant et si bien que luce se mit à son tour à l’admirer. Leur amitié ne dépendait plus de ce que leur apparence physique, souvent mise à nu au bord et dans la piscine de Martine (quand Martine n’était pas là pour s’en plaindre) pouvait inspirer à leurs glandes sécrétrices de promesses métaphysiques.

Certes, Roger laissait transpirer la jalousie que cette amitié inoculait à ses espoirs de renaître un jour de ses cendres. Cette conception appartenait à Fred, car luce se moquait des sentiments du flic à son égard. Elle l’avait plus d’une fois surpris à fouiller dans son existence dans le but d’y trouver de quoi décourager l’ami Fred. Mais elle s’y inventait tellement de nouvelles qu’elle n’en fomenta aucune mesure de rétorsion. Elle se satisfaisait pleinement de la situation. Son pouvoir intellectuel sur Fred prenait d’ailleurs des proportions que jamais elle n’eût imaginées en amont.

Quel trio ! pensait Fred en s’endormant sur les lauriers de sa dure et longue journée d’inventaires et d’évitements. Il en oubliait Alice. Elle s’estompait jour après jour. Il en devint tellement étranger qu’il en oublia de se masturber au moins par hygiène. Il se sentait une vocation. Laquelle ? Il n’aurait pas su en parler aussi clairement que luce l’exigeait. Il la suppliait de lui laisser le temps. Elle était si impatiente !

 

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2018 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Le chasseur abstrait éditeur - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

sarl unipersonnelle au capital de 2000 euros - 494926371 RCS FOIX

Direction: Patrick CINTAS

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs ou © Le chasseur abstrait (eurl). - Logiciel: © SPIP.


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -