Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Histoire de Jéhan Babelin 56
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 17 février 2019.

oOo

« En fait, me dit le chien,
Renaud Alixte c’est moi.
Nano est un sobriquet.

— Un sot briquet… ?
Je ne comprends pas…

— Il n’y a rien à comprendre.
Ça a toujours été comme ça.
On m’appelle Nano
A cause de ma taille.
Eh ! Nano ! Viens ici.
Ou fous le camp, c’est selon.
Je suis un chien de poète.
Je n’ai jamais été autre chose.
Je ne suis doué que pour ça.

— Mais Papa… ? enfin… Jéhan ?

— Je l’encule deux fois par jour.
Je suis aussi fait pour ça.
Je n’y peux rien.
J’ai pas choisi.
Je suis un chien.
Papa aussi.

— Papa un chien !
Ah ! Je m’étonne !
Et moi alors
Qu’est-ce que je suis ?

— Un petit con, »
Grogne le chien
En me mordant.
Aussitôt, comme promis,
Moïse refait surface et le voilà
Brandissant la table des Lois.
« Que tu aboies,
C’est déjà trop,
Mais mordre non !
C’est un marmot ! »
Moi, le fils de personne !
Un marmot
En maillot ?
Les oreilles battues
Comme nuit au soleil
Par cette poésie-aboiement ?
« Faudra t’y faire, dit Moïse
En rongeant le frein de son prépuce.
Jéhan et son chien
Ça n’a jamais fait deux.
Un non plus par ailleurs.
Ah ! tu ne sais pas tout ! »
Et il disparaît de nouveau.
« Il est fait pour ça, dit le chien.
Mords-moi si tu veux
Te réveiller de mon sommeil. »
Ça devenait compliqué,
L’amour à trois.
Mais on était deux pour le moment.
C’était plus simple en attendant
Le retour de Jéhan.
Le retour d’où ?
Je savais pas.
Le chien non plus.
Qui le savait ?
Moïse donc
Réapparut.

« Il est à Los Angeles,
Dit-il en agitant
Le fac-similé
Du billet.

— Ah ! Pourquoi tant de mystère ?
Me plaignis-je en grimaçant.

— Ya pas d’ mystère !
C’est même clair !
Il reviendra tôt ou tard.
C’est long ce genre de changement ! »
Je m’étonnai de grimacer :
« Il va changer ?
De peau, de quoi ?

— De sexe, idiot ! »
Moi un marmot
Dans un maillot
En plus idiot !
« Il en rêve depuis si longtemps… ! »
Aboya le chien de poète
Qui était aussi un poète à ses heures.
N’ayant plus rien à ajouter,
Moïse disparut sans laisser de traces.

Le chien prit son air résigné :
« Tu auras une maman
Et moi une femme,
Dit-il sans rire.

— Ça en fait, des changements ! »
Mais le chien restait chien
Et moi j’avais encore le temps
De devenir un homme ou une femme.
« Elle s’appellera Jéhanne,
Dit la voix de Moïse
Qui sortait de la tombe.

— Jéhanne de France, c’est joli,
Fis-je en me dandinant,
Plus joli que Jéhan Babelin !

— Oui mais ça ne veut plus rien dire ! »
S’écria le chien sans aboyer.
Il avait l’air malheureux, ce chien.
Il aimait les femmes,
Mais pas à ce point !
Et moi je demeurais toujours
L’orphelin de la famille.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -