Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Auteurs invités [Contact e-mail]
AUTEURS INVITÉS
Depuis avril 2004,
date de la création
du premier numéro
de la RALM.
Poèmes II
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 11 septembre 2007.

oOo

CANTANTE de milonga

 

En hommage à Marina Cedro Fecha y Ricardo Urrutia

 

Grisé le cœur

Par l’onde chaloupée

De ta voix doublée de velours

De l’espoir au songe

Du sourire au mensonge

Tous les désirs

Les rêves éperdus

Amours frivoles

Passions folles

L’oiseau de ta main s’envole

Et ton chant profond

Nous confond

Je perds le fil de mes pensées

Je suis happée

Enveloppée

Le musicien

Dentelle au bout des doigts

D’or et de cristal

Sa guitare crépite

Mon âme se décante

Palpite

L’amour serait un grand désert

D’où le vent tendre et amer de ta voix

A surgi

 

oOo

 

LA BARQUE ROUGE

 

Ondes sur l’onde

Plis sur pli

Ombres sur l’ombre

Vagues

Replis

La voici

Rouge

Qui surplombe la masse mouvante

Ses œuvres vives

Dans l’épaisseur vibrante

Sont le berceau de vocalises sopranes

Où se noient mes incertitudes

Son évidence délivre des reflets paradoxaux

Si légers bleus

Blancs si appesantis

De vert et d’argent sertis

Dans le balancement de cet aplat modulé

L’âme chavire

Mais la force rouge et fière

M’apprend à résister à l’engloutissement

Petit vaisseau de fantômes

Aborde à mon bord

Que je saborde mon intempérance

Ton calme abasourdi

Sur l’ombre de ma coque s’alourdit

Et me pousse vers l’espérance

 

oOo

 

L’ARBRE, LES CHAMPS

 

Les miroirs de l’ardeur explosent

L’arbre ballon

 ------------------emballé de vie intense

 ------------------------Energise l’océan de l’herbe rutilante

Une forêt rougissante

 --------------------------------se décalque

 --------------------------------Sur un mont d’ombres transparentes

Tandis que le ciel fonce à toute allure

 -------------------------------------Dans un éblouissant orage orange

 

oOo

 

marina

 

sus cabellos en cascada de caoba

chorrean en sus mejillas

en cálidas risas

más allá de las palabras contesta tu cara

tú no miras a las personas

marina

tú las ves

en la niebla gris de tus ojos

cuál fue el pesar

que te dejó

esa sombra gris

en tu iris

promesa o abandonos quemaron tu triste mirada ?

un canto se prepara en el árbol de tu alma

la flor vibrante y apasionada

el soplo del viento de Aires Cedro

reaviva tu llama

guitarra hembra

gráciles

tus brazos de frágil ámbar

sobre el fondo del doloroso llanto

se animan

el talón golpea

la impaciencia estrella

riega de amor el estremecedor tango

conmovedora escultura

de sonrisas corazón y ensueños

un justo respiro

justo

el ritmo

 

oOo


cantante de milonga

 

 

el corazón emborrachado

por la cimbreante onda

de tu voz forrada de terciopelo

de la esperanza al sueño

de la sonrisa a la mentira

todos los deseos

los más locos sueños

a mores frívolos

locas pasiones

el pájaro de tu mano vuela

y tu canto profundo

nos disturba

pierdo el hilo de mis pensamientos

me siento como agarrada

envuelta

el músico

con puntilla a sus dedos

de oro y cristal

crepita su guitarra

mi alma se aclara

palpita

el amor sería un gran desierto

de dónde el tierno y amargo viento de tu voz

 ha surgido

 

oOo

 

tango mi amor

 

 

cuando oigo la palabra milonga

imagino una diosa

quien por turno

acuna el ritmo

lo hiere

lo rompe

lo acaricia

con las vueltas de su cuerpo

arrastrado

tango

tango

me has

tango tango

tu me has

tango tango

desde siempre

embrujada

todas las penas

todos los encantos

todas las suplicias

deslizan

bajo los dedos de tu cómplice

guitarrista

con acentos de argentina

 

oOo

 

Marina

 

Ses cheveux cascadant d’acajou

Ruissellent sur ses joues

En boucles de chaleur

Au delà des mots son visage répond

Tu ne regardes pas les gens

Marina

TU LES VOIS

A travers la brume cendrée de tes yeux

Quel chagrin

A laissé

Cette ombre grise

A ton iris

Promesses désaveux ont brûlé ton œil triste ?

Un chant se prépare dans l’arbre de ton âme

Cette fleur vibrante et passionnée

Le souffle du vent des Aires

Cedro

Avive ta flamme

Guitare femme

Graciles

 Tes bras d’ambre fragile

 Sur le rideau noir de douloureuse plainte

s’animent

Le talon frappe

L’impatience explose

Prière d’amour au tango frissonnant

Emouvante sculpture

De sourires de cœur et de rêves

Une respiration

Juste

Le tempo

 

oOo

 

NU ROUGE

 

Nue

Dans l’ardeur contenue-----------------------------------------------Chaleur

Nue

Ton dos tendu----------------------------------------------------------Passion

Nue

Retient l’élan qui te courbe--------------------------------------------Soleil

Nue

En attente d’amour sensuel--------------------------------------------Feu

Peureuse et désireuse

De caresses charnelles

Entière

Concentrée

Charnue à mordre

Chaleur Passion Soleil et Feu

A toute demande

Prête

 

oOo

 

PRESQUE TEMPETE

 

Frénésie mauve

Lacérant la turquoise du ciel

Grands éclats de nues

Tourmentant

Deux seins de rochers oranges

Violentés

L’ émeraude tranche

La mer en émoi de moutons blêmes

Des ourlets de mercure mordent la plage

Une sanguinolente arène

Freine

La dune dorée

ICI

Des passions invitent au courage

Fougueuses

Elles pourchassent les torpeurs

Jusqu’aux rivages

De nos peurs

 

oOo

 

SAINT-COLOMBAN

 

Invisible

Le visage sourit

On le devine

-----------------Caché

----------------------Curieux

---------------------------------Un peu voyeur

-------------------------------------Dans le joli cadre blanc de sa fenêtre

---------------------------------------Et la lumière sablée des murs accueillants

Un arbre

------------------ au coin

-------------------------s’allume d’une flammèche acide

En un autre clin c’œil complice

 

oOo

 

SOMBRE HORIZON

 

Sur ce no man’s land de nuit

Cligne

Un pourpre lumignon

D’espoir

En flaque

De turquoise phosphorescente

 

oOo

 

Tango mi amor

 

Quand j’entends le mot

Milonga

Je pense à une prêtresse

Qui tour à tour

Berce le rythme

Ou le blesse

Le casse

Ou le caresse

Par le tourbillon de son corps

Emporté

Tango

Tu

Tango

M’as

Tango tango

Tu m’as

Tango tango

Depuis toujours

Ensorcelée

Tous les chagrins

Tous les délices

Tous les supplices

Glissent

Sous les doigts de ton complice

Guitariste

Aux accents argentins

Olga Charlotte AUBER

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -