Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
Navigation
Seriatim 2
Seriatim 2 - Au lieu d’en écrire le roman (Patrick Cintas)

[E-mail]
 Article publié le 8 mars 2020.

oOo

Au lieu d’en écrire le roman,

Il examine sa plume : quelques

Hyporachis à la limite de l’encre.

 

Au vexillum trop de barbes et

Barbules. Un coup de vent dé

Coiffe ton œuvre. Ainsi l’homme

Transformé en roseau. Fruits

Mûrs aux insectes du printemps.

 

Cherche la peau à quoi on arracha

(peut-être en famille) ce fragment

De la possible humanité du geste.

 

Visite les palais des basse-cours,

À cheval sur son dada, le crâne

Au soleil et l’œil dans ses ombres.

 

Quelle fontaine rencontrée ici ?

Imagine des repas sur la nappe

À carreaux rouges sur fond blanc.

 

Jeu des panoplies gagnées enfant.

Marche sur les galets des ricochets.

Arrache au néflier sa baguette et

S’en sert comme canne pour pêcher.

 

Qui pratique le guet du soir au matin ?

Et qui se fait inviter à midi chez cet hôte ?

Sa plume dans le carquois, chasseur abstrait.

 

Arrogance et paresse à la table même.

Chacun prétend qu’il sait ce qu’il fait

Et combien la société profitera de ses

Bienfaits.

 

Ne rêve pas avec les autres de ces largesses.

S’attend à perdre tout ce qu’il a acquis.

Pas de succession à la clé de cette mort.

Il entre dans le château et salue le portier.

 

« Si un homme était le portier de l’enfer

Il aurait l’habitude de tourner la clef. »

 

Laisse son béret au vestiaire entre les mains

De l’hôtesse déjà nue et donc prête à l’emploi.

Donne des bonbons aux enfants et les fait rire.

 

« Nous ne savions qu’admirer le plus,

Ou la beauté de ces enfants,

Ou la mollesse de ce vieux bouc. »

 

Plumes des têtes chauves alignées

De chaque côté de la table couverte

De subventions et de flatteries.

 

Platitudes, servilités : « je n’écris pas

Un roman : le sirocco puis la tramontane

Ah ! même mon canasson en a souffert ! »

 

Rires des jeunes filles à marier le plus tôt

Sera le mieux. « Le vêtement du Monde

Ne va à personne, allez ! » Demain il meurt.

 

Il secoue sa main et pince les lèvres :

Non ! Non ! Pas le roman ! Je ne suis

Pas venu pour ça : j’ai rendez-vous avec

Les fées. Elles ne m’ont pas oublié…

 

« Mais alors… ces hyporachis à la limite

De l’encre qui a séché depuis si longtemps… ?

Quel son ça produit ? Comment on se sent

Après ? Où avez-vous trouvé cette plume ? »

 

Pratique du mâchicoulis, le ciel au-dessus

De la tête, nuages ou pas. En plein vent

L’acte à commettre à temps. Cueillait

Les fruits de la vigne vierge. Échelles

Des autres contre la muraille. Mâchi

Mâchicoulait en attendant la recon

Reconnaissance. Coulures de l’existence.

 

L’utile et l’agréable comme principe

Divin. Mais l’enfant n’est pas à la hauteur.

Comment lui parler de ce plaisir ?

 

La maison du berger dans les douves.

Flottait encore quand il s’est endormi.

Sentait une chair qui voulait de lui.

Toujours ce premier chapitre puis

Plus rien. Jours comme autant de coups

Sur le bronze des nuits. N’est-il pas

Plus facile de croire ? Plus facile

De s’associer dans le cœur des églises.

Une à une déflorées les églises du dieu.

 

« Si jamais vous revenez dans le pays

Ô vous l’étranger qui me chanta parce

Que je l’enchantais. »

Que de rossignols

À la croisée des chemins bornés par

Ces calvaires déposés légalement

Dans les fours de la Bibliothèque !

 

Fleuve du loisir ouvrier. Charrie la crainte

(légitime) de ne pas survivre à soi-même.

Sous les ponts la chanson rapporte gros.

 

Le tweetophile ne pense qu’à lui. Le pédo

Phile aussi. Et tous les philes du Monde.

Mais comment haïr en pleine panique ?

 

Barbes et barbules en édition virtuelle

Et papier des feux de joie commémoratifs.

Il écrasa son mégot dans un cendrier de jade.

 

Joyeuses ceci et vœux de cela. On aimerait

Mourir de plaisir avant que la question

Se pose en termes clairs. « Vous croyez ?

Je ne sais pas si je suis digne de vos propos.

Je n’ai jamais trahi mon mari oh ! sauf en

Pensée ou en rêve si vous voulez me croire

Digne de votre semence » À ces mots

S’enfuit chercher le plaisir sous les jupes

De la domesticité.

 

Ode à l’abondance.

Perd la plume puis la retrouve par hasard

Alors qu’il ne la cherchait plus. Y pensant

Sans y penser. Mais en quelles occasions ?

Les fesses nues d’une adolescente mouillée

Par la vague qu’elle vient de sous-estimer.

« Ne riait plus quand je l’ai sauvée. »

Rendue à la mère avec serviette de bain.

Sous le parasol récompensé par une canette.

Prend la plume le soir. Venise en fleurs.

Soupirs garantis par le syndicat d’initiative.

Non ! Non ! Je n’écrirai pas ce roman !

Je ne veux pas dire la vérité !

 

Ne se voit pas en chevalier ni en troubadour.

Pas même en serviteur. Pas laboureur. Rien.

Et pourtant l’adolescence avance au cadran.

« Papa dit que tu te branles en pensant à moi »

Clarté toujours des propos tenus dans la cuisine

Avant ou après les repas payés rubis sur l’ongle.

Ne se voit pas en chauffeur de la baronne

Des lieux. Baise la baronne dans sa petite

Marquise. Peint des paysages parce que

C’est ce qu’il fait le mieux. Première page

À la plume et au couteau. Je n’ai jamais

Tué personne ! Et pourtant j’ai des raisons

De croire en Dieu et à ce que l’homme

Renaissant en sait. Plus que moi sans doute.

« Papa dit que tu es chelou et je le crois

Parce que c’est mon papa et que tu n’es

Que le fils du voisin » Zizi Jambaire à flot

Après le naufrage des spectacles pour papa.

 

Plume des seringues. « Font chier avec leurs

Pipes et leurs narines ! » Le guetteur dans l’arbre.

Lu les Vents de Saint-John pour passer le temps.

Poésie de la moustache. Suivi de Chronique.

Chez mon éditeur préféré. « C’est dangereux ? »

Quelle veine elle a ! Fréquenter le gratin

Du Largarde et Michard. À son âge. Chez le curé

Avec son béret tricoté dans les couleurs du drapeau

National. Cuirs frottés par la boniche bénévole.

Ça sentait le pipi et la crêpe brûlée. « Font chier

Avec leurs théories alors que la réalité s’en passe ! »

Piquousant l’interstice. Le propriétaire des lieux

En robe de bure. « Alors comme ça vous écrivez

Un roman » Porter la minijupe à cet âge. Décon

Tenancer le visiteur qui a payé son entrée au

Guichet de l’Enfer. Quelle comédie ne commence

Pas par une tragédie ? Ne serait-ce que naître /

« Il n’est pas encore né celui qui » / De quelle

Plume tenait-il son plumage ? Gambettes pas

Innocemment exhibées. Test des valeurs poé

Tiques. Celles qu’on apprend à l’école et dans

Les bordels sans façade. « Je suis ah ! je suis

Nomade et je vous ah ! je vous : aime ! » Plan

Séquence du cri éternisé par un seul tableau.

Je vous parle d’attente et non pas de mérite.

« C’est fou ce qu’il peut être con celui-là ! »

 

Des couples dont on attend le tango ou

La valse. « Marre de leurs rails et de leur

Fumée ! » L’inventeur de l’aiguille à injecter

Cherchait à serrer des mains. « Elle connaîtra

Le plaisir comme les autres » À dada sur mon

Bidet. Un bourrin sous les fesses des dames

Ici présentes pour servir de décoration. « Fa

Brication catalane garantie. Je possède aussi

Une ménagère complète cuite au four. »

Dans l’escalier des imitations

De la Villa Santo Sospir

Au passage laisse sa main courir sur les corps

De marbre antique. « Vraiment ? Vous ne

Voulez pas écrire ce roman ? C’est comment

Dire : incompréhensible. » Et pourtant elle

Comprenait ce langage : elle ne comprenait

Que lui. « ainsi tous ces noms latins sont

Noms de plume » Voui ! Comme qui dirait

Curriculum vitae. Ou autre chose inspirée

Par le Propre. Désir des communiantes :

Messe de la baise et de l’enfantement.

 

« Sont combien de crétins invités par moi ? »

Exécute la soustraction et le résultat l’épou

L’épouvante. Glisse un mot dans l’oreille

De la duègne. Elle secoue ses jupes. Vent

Des crevettes. « Après quoi courez-vous

Je veux dire : à part ces filles qui ressemblent

À leurs mères ? » Au ball-trap pas de plumes.

 

Maison des douves, les quatre roues en l’air

À la surface verte. Du pont retraçant l’histoire

De cette chute qui coûta la vie au seul héritier.

« Vous ne croyez pas ? Mais comment pouvez-

Vous résister à l’angoisse ? Car vous êtes fu

Funambule, n’est-ce pas ? » Pirouette des dames

Qui n’ont rien compris à l’Histoire de Mérovée.

 

« Les enfants ne savent pas encore. Taisez-vous ! »

Ouvrez n’importe quel bouquin en librairie :

Rien à lire s’il n’appartient pas à la souda

Nationale. Entrez dans la Bibliothèque en acteur

De la qasida. Avec l’acier qui convient au meurtre.

« Que sauront-ils si nous ne sommes plus là ?

Imaginez leur solitude dans cet espace infini.

Ce silence.

Vous avez une idée du silence, Geronimo ? »

Monte à cru les jours de fête seulement.

Sinon harnache. Panse. Cravache. Croise

Le fer sans mettre pied à terre. Et s’il y est

Forcé (chute) il regrette de ne pas avoir

Enfilé son armure hemingwayenne. Fête

Donnée pour les fous à la place de la messe

Traditionnelle. Pas trouvé officiant sur

La Web. Inventé la date pour être élu

Au conseil municipal. Perçoit la prime

Correspondant au déplacement. Mais

De roman, nada. Connaît des refrains

À condition de laisser son pote s’énerver

Après les fumeurs et les renifleurs-chiens.

Cathéter en vente dans les meilleurs plans.

Drainage total garanti. L’esprit ne revient

Pas du voyage. Vous revenez seul. Avec qui

Vous voudrez mais seul en dedans. Plume

Des culs aux folies. En simple Carmelin.

 

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

 

Site officiel [>>

 

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2020 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -