Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
Navigation
Seriatim 2
Seriatim 2 - arbeit macht frei, mein hilh ! (Patrick Cintas)

[E-mail]
 Article publié le 18 octobre 2020.

oOo

Aurore d’angoisse

le ciel vu à travers le verre cathédrale et ses fils d’acier

le ciel à portée de la main mais le barreau s’oppose

Poldy me soutient embrassant mes hanches

est-ce que je vois ce que je vois ?

animation de nuages peut-être .

pas un visage

une rumeur incessante soumise à ses heures

plus haut l’écaille frémit entre deux fissures

le soleil tournoie entre le rouge et le vert

je n’ai pas vu le personnage de cette attente

rien réveillé dans la cité qui me nourrit

ni le passé ni l’Histoire .

un siècle passe

et je suis hélé par l’attente de loin .

c’est le sexe

qu’on enferme .

punition ou traitement radical

Poldy me repose et le sol se dérobe sous moi

.

il le sait .

le sol en fuite horizontale .

rapide

comme l’Amazone .

décalcomanie des rivages

et des peuples nus .

à même la peinture vieille

et craquelée .

le fusain au sfumato des visages

que la mémoire retient comme autant de barques

à la dérive .

est-il possible que je la perde finalement ?

puis le retour dans le lit saupoudré .

le tournoiement

des idées accrochées à leurs objets de théâtre

.

le signe orchestral secoué comme mouchoir

des adieux .

mescal retrouve le rythme des rails

.

comme à la parade sur un cheval blanc .

cheveux

au vent d’été .

le dernier été sans intervalle d’automne

.

l’hiver interminable .

et cette idée que le printemps

est fidèle au rendez-vous .

on ne me l’enlèvera pas

.

des ans que je n’ai pas souri à un mort .

cercueil

des catalogues entre les draps .

qui suis-je si

vous m’oubliez ? sein brûlé au tison de l’hiver .

ce clignotement orange est-ce le carrefour ?

dans l’angle cette proposition de croisée des chemins

.

je n’ai pas connu la joie .

la transe m’a occupé

l’esprit .

à la guitare ou dans le costume de Polyeucte

.

l’esprit ravagé par les neuf queues .

Dire que

Sous les ponts l’eau ne se lasse pas sauf en été

Quand elle devient aussi paresseuse que les autres

.

miné par les taudis et la trouille .

d’où viens-tu

si tu n’es pas né pour vivre ? sous les statues

le Nil des espérances .

balle dumdum .

sang

des chœurs formés par les coulisses .

la différence

de potentiel au carreau .

verre des nécropoles .

en sautoir .

imitation des cris d’enfants .

nuits

des sardines .

quittez cette chimère, et m’aimez

.

vers trempés au choc des alchimies proposées

par ce siècle postrévolutionnaire .

étoilés à peine

remis entre les mains du siècle suivant .

moyen-âge

des fées tentées par l’arbeit macht frei des dieux

.

cahier d’un retour sur les lieux .

à distance imposée

par sentence et procédure .

tu ne reviendras pas

(dit Poldy) .

rien pour atteindre le verre illuminé

par les complexités du jour ou les feux couvés

de la nuit .

le feu s’inverse .

le public est applaudi

.

un autre .

j’ai failli mourir plus d’une fois .

j’ai

donné la mort à la mort .

bras ouverts du désir

en joie .

retrouvé Molly dans son lit .

écouté

son cœur .

chamade des romans à venir .

quel

enfant en bout de table ?

saisissant le couteau

par la lame .

et l’assiette en miettes .

pas une

goutte de sang sur cette nappe des communions

familiales .

voulez-vous voyager avec moi jusqu’à

Vladivostok ?

des fois le dirigeable n’en fait

qu’à sa tête, vous savez .

.

.

fruit écrasé comme

guêpe au bord de l’assiette .

des sœurs bourdonnent

dans le dos .

guetteuses patientes .

arbeit macht frei

qui dit le contraire ?

toutes à l’assaut des postes

d’avant-garde .

« donnez-leur un but .

et vous

les avez dans la poche .

pour longtemps .

ère

du temps qu’il fait » .

qui va plus vite que le vent ?

.

la feuille (pourvu qu’elle tombe) .

ce matin crevé

comme l’abcès .

Poldy réchauffe le verre entre

ses grosses mains expérimentées .

graphite emprunté

au crayon raccourci .

avec quoi j’écris si je pense ?

travail .

ils et elles arrivent à l’heure des contrats

signés pour la vie .

libres d’aller où ça leur chante .

décollant les affiches des agences ils les emportent

à la « maison » .

derrière le verre cathédrale des jours

et des nuits .

soleils et néons .

réverbérations des murs

et feux de joie des trottoirs .

mais bien plus que moi-même

.

voilà le hic .

ici et pas ailleurs où tu n’habites pas .

travail posté de Poldy .

rotation incessante malgré

les vacances .

ça le déroute quelquefois .

il viendra

mourir ici .

nunc des perspectives réduites par manque

de chance .

d’autres survivent .

qu’est-ce qu’un matin

d’angoisse comparé à ces soirs de douleurs naissantes

 ?

Cher hilh,

bien reçu ton chant. Je me suis éloigné de notre terre. Sans compagnie. Mais avec un billet et un programme imposé. Pas d’amis de rencontre pour l’instant. Je vais et je viens. L’océan sous mes pieds et le vent dans le nez. Côtes peuplées après la houle. Des îles comme sur le papier. Mêmes couleurs. Les femmes. Leurs filles. Les ustensiles traditionnels. L’objet des étagères. Pas de poèmes. Si toutefois la chanson n’en fait pas office avec la danse pour prétexte. Qui ne nous hait pas ici ? J’ai presque honte de n’être pas né parmi eux. Les murs sentent le combat fratricide. Les rideaux volètent avec les oiseaux. Chats perchés. Et autres chienneries de l’Histoire. Langage approximatif des gestes invitant au repos ou à la fête. Je ne suis nulle part chez moi. Je te souhaite d’avoir trouvé le lieu

ton [paÿ]

« bon dieu il n’y a pas que le sexe ! »

Des pages retournées d’où elles viennent.

Îles comme semées dans l’esprit aux aguets.

On passe devant ces portes sans s’arrêter /

Foxhole dans les écouteurs / « marrons grillés

À toute heure » / le pont Bonaparte sous la pluie

/ plus loin les fenêtres des trains à l’arrêt / rectangles

De lumière jaune comme aux dés / « non, papa,

ya pas que le sexe mais faut bien y passer… »

Giclées bleues des caténaires / acier contre acier

/ la torsion sonore des courbes / la crasse des pas

Qui attache / « devant ces portes personne ne voit

ce qu’il est : en réalité » / chiffonne tes lettres /

La langue noircie par la mine des passants rapides

/ « l’intérieur de ce que nous sommes » / un chat

Plutôt sympathique mais qui n’a pas l’intention

De quitter les lieux : il stoppe net devant le passage

Clouté / considère l’éloignement et frotte sa moustache

/ « pas que le sexe et pourtant j’en ai vu » / les soirs

Quand tout rentre dans l’ordre du sommeil : psy

Sur le paillasson reluquant ses chaussures / « ce que

je veux : c’est ne pas sortir d’ici » / le soir et sa nuit

En couche / les disparitions une à une puis le néant

À la place du silence / « avant j’étais le type que tu vois

 » / une nuit de sommeil : arbeit macht frei, mein hilh !

Pelant le marron / cette crasse goûteuse / la trogne noire

Du Gitan éclairée par la braise / yeux plissés aux volutes /

« t’es déjà venu voir ? » / « c’est pas comme le Jardin

des Plantes / ça ressemble à rien de ce que je connais

de la vie / sans refrain l’ode des enfermés » / le cornet

Servira à allumer le feu « si tu es sage » / « ya rien comme

le tabac pour se préparer à mourir / pas même la télé »

On entend de ces choses…

Avec les bons mots que l’esprit

Inspire au critique autoproclamé.

Qu’est-ce qui s’est vraiment perdu ?

On ne sait pas où on va, on travaille

Pour être plus libre que l’enfermé.

Plus libre ne veut pas dire libre, je sais.

« Si tu écoutais ce qu’on te dit, mein hilh,

mais c’est pas à travers les murs qu’on vit »

Obscures paroles prononcées alors que le mur

A rejoint les rejetons de la mémoire.

Le train s’est ébranlé lourdement

Dans la nuit / le tunnel est une métaphore

Facile mais bien vraie, ma foi !

 

Puis l’orage des printemps.

Renouvellement des pluies.

Le carreau comme limite.

Jamais l’été au bout du fil.

C’est en enfer qu’on finit.

Libres enfin de penser au sexe

Comme si l’Université se branlait

À la place de ces mômes verts.

L’écriture moins l’écrit en Hercule.

Ou le contraire par effet de miroir.

Cette renaissance incessante

Et nue, ces jeux d’eaux sans fontaine.

Braoum et Ouah Ouah en concert.

Gouttes scintillantes des grillages

À poule, au portail les animaux

Domestiques se laissant caresser

Par les larbins désillusionnés.

La pluie arrive par le sud-est,

C’est bon signe, signe de vent

Mais qui a parlé d’une mer d’huile ?

 

 

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

 

Site officiel [>>

 

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2020 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -