Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Auteurs invités [Contact e-mail]
AUTEURS INVITÉS
Depuis avril 2004,
date de la création
du premier numéro
de la RALM.
Résignation
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 25 septembre 2010.

oOo

L’épaule basse, il franchit les deux grands panneaux de plastique, qui chuintèrent en raclant le sol. La mort dans l’âme et le cœur gros à éclater, il se retrouva à l’extérieur. Il s’immobilisa, chercha de l’air, pour élargir ses poumons oppressés. Son visage était marqué, creusé par une rage contenue. Les sanglots s’étaient vilainement amassés dans sa poitrine. Derrière lui, il laissait le labyrinthe obscur de l’hôpital, et sa vaine, sa douloureuse recherche de sa bien-aimée perdue. Il l’avait entre-aperçue derrière le comptoir presque circulaire, mais dès qu’il avait fait mine de hasarder un pas dans sa direction, deux vigiles qu’on eût dit jaillis de nulle part, matérialisés à partir du néant, lui avaient barré la route. Brusquement, ELLE lui avait paru lointaine…extraordinairement lointaine…à peu près aussi lointaine que la nébuleuse d’Andromède. Il lui avait même semblé que le comptoir de la réception s’éloignait à une vitesse supérieure à celle de la lumière. Il avait tendu les bras, mais ELLE lui restait inaccessible. Parfaitement indifférente, ELLE regardait droit devant ELLE. Cela ne servait à rien de se demander si ELLE l’avait aperçu. Le dépit l’envahit, cependant que les deux vigiles le repoussaient. « Vous n’avez plus rien à faire dans la vie de cette jeune femme ! » grondèrent-ils. Après, il avait encore rôdé un bon bout de temps dans la bâtisse… Il n’espérait plus l’approcher…Juste l’entrevoir, de très loin, peut-être… Il errait de recoin en recoin, en animal blessé, en ombre. Et puis, il avait renoncé. Il s’était perdu dans les dédales. Il s’y était laissé engloutir, un peu comme on se laisse couler… A présent, il était dehors. C’était là qu’il avait abouti. C’était là qu’avait fini par échouer sa silhouette solitaire, ignorée de tous et portée par le hasard pâteux et glauque. Il regardait bêtement devant. Une petite place inconnue. Des cafés qui, à leur tour, le regardaient. Des pavés. Un air bon-enfant. Digne d’une toile de peintre naïf. Une prédominance de nuances de rouge. Une circularité venteuse. Il huma l’air . Ça sentait l’aigre. Quoique de façon fort discrète. Une bourrade - le vent qui le poussait - lui fit contourner l’hôpital. Une étroite rue très commerçante, écailleuse à cause des pavés mauves. Une bouche de métro grande ouverte, comme pour l’avaler tout cru. Ç’en était fini. Il plongea. Les escaliers gris l’entraînèrent. Son regard se noya dans leur teinte.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -