Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Auteurs invités [Forum] [Contact e-mail]
AUTEURS INVITÉS
Depuis avril 2004,
date de la création
du premier numéro
de la RALM.
Une nuit à Belleville
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 10 avril 2011.

oOo

le temps explose

il s’oxyde et blute des gouttes

et je m’étire dans le temps

pour un peu je lui cracherais

j’ai le vent en poupe

pour un bon bout

j’ai les soricei qui me morflent le cul

le temps qui se sépare ;

j’amène des objets, je ramasse 

 

les gens s’en emparent ; 

il sape le temps mon temps est fini

et j’ai le vent en poupe

et l’on se prépare au combat

 

les gens passent

dans les rues on morfle

on passe dans les rues, calmes

on morfle, les rues sont calmes

les gens amènent, ils amènent les restes

les gens n’aiment pas

on s’amène tous pour délirer un coup...

les gens s’amènent

ils m’embarquent

on s’amène dans les rues calmes

 

on s’amène dans les rues

ils me prennent par les deux bouts 

sur l’asphalte mouillé de ton sperme

qui vont dans le camp de mon enfance

au trottoir mouillé de ton sperme

enculée, enculée

la nuit le jour « comme tu veux » je suis la pute de belleville

la nuit le jour, je mords des queues, là

j’ai belleville dans la peau

dix balles la passe je fais la pute à belleville

je morfle des queues,

par une nuit solaire

dans un intrînd la nuit je me fais peur

 

la nuit belleville ronfle.

les gens marchent dans les rues on est mort la rue les gens prient

on y va

les rues de belleville les gens ont peur, on marche dans les rues, belleville est frageda on s’attend à pire

belleville est morte

les gens viennent la rue est calme

on fait le trottoir à belleville

on morfle,

la rue

 

les gens morflent, on morfle, on regarde la rue les gens sont morts

la rue est vide

la lune est livide les gens se pâment

la rue est livide, les gens, la rue est livide

la nuit est livide

les rues sont calmes

 

les rues sont amovibles, les rues sont calmes on s’came, les rues s’calment

j’ai trois roues et de la came j’ai de la merde dans mon sac, t’en veux ?

belleville est rance belleville est rance

la rue est chaude,

les gens morflent, la rue est livide belleville est chaude

les putes se font rares tout le monde est chez soi, Belleville dort

la rue est calme là l’aurore les putes se font rares,

la nuit est blême, les routes sont auto ferrées, 

elles sont sales

la route est une pute la route se pâme

la nuit est blême la nuit de belleville, la rue est blême la route est blême

belleville morfle et la nuit est blême, les rues comptent leurs morts

la nuit est calme

la nuit est blême, belleville est morte

la rue est livide, les rues se pâment 

les nuits à Belleville

on morfle dans les rues

on marche, les rues sont calmes, les rues livides, la nuit blême,

la rue est vide

la nuit belleville est morose

belleville est morte

la rue est blême.

belle les gens morflent

on passe, on coupe, elle a le visage blême

la nuit est morte

la nuit est belle sous les coups

belleville la morte

se pare de son voile irradiant

la nuit est tumultueuse la nuit est morte

la nuit morte

on morfle, la rue est blême

la rue est morte

les gens se pâment sous les coups, regard révulsé

la femme est blême sous les coups ; la rue est livide, les gens morflent, les gens se pâment, la rue est livide la rue est livide ; 

elle est livide ou blême

les années passent ; la nuit se asterne sur belleville

la nuit est livide, la route est livide ; les routes sont coupées, elle irradient

la rue est blême les routes irradient d’un rouge incandescent ; la route est noire à belleville

la nuit est blême

elle est incandescente.

la route est calme ; la nuit est brève dans ses pantalons,

je regarde la nuit qui passe, elle embarque Belleville diaphane

il la baise

belleville regarde la nuit

et une fille

la nuit est une belle fille, elle est livide, les gens se pâment, et la nuit est déserte

on ramasse les morts

belleville la terne 

b se pâme elle lèche le trottoir

la nuit passe ; belleville est livide, 

la nuit amène son lot de consolations

la nuit noire est une morte sous son voile diaphane ; belleville irradie

dans une maison de santé enfermée

belleville la morte

se pâme sous les regards étrangers

la rue est livide, belleville est sous la mort ; les gens marchent dans les rues

les gens se pâment les rues sont désertes par cette nuit du meurtre ; par cette nuit de meurtre

les gens sont partis loin

belleville mène la danse

la rue est livide,

belle ville est morte les gens ont pris la fuite la nuit est blonde ; la vie rasufla à la surface ; la nuit est livide, les nuits n’ont pas de fin , dans belleville l’âcre ; belleville se pâme, la ville est blanche la nuit est blême ; la nuit est diaphane ; les rues de Belleville sont mortes, belleville est livide, les rues de Belleville sont livides la nuit

les rues sont livides, les gens morflent, la nuit est déserte, la route est livide, les routes livides, s’éclate ils morflent, les gens morflent Belleville morfle c’est calme la nuit

la nuit se pâme les gens s’amènent, belle est vide, la nuit c’est calme à belleville

les rues de belleville sont calmes la rue de belleville

la nuit est blême ; livide, la nuit est blême,

la nuit est blême, la nuit blême

la nuit est de glace, les gens s’éclatent

la route de belleville est calme, la nuit, diaphane, la nuit est diaphane ;

la route est livide

cette nuit est de fer

la nuit est diaphane, cette nuit est de glace ; la nuit est blême ; la nuit est calme,

la nuit dans belleville

les gens sont blêmes, les routes sont cassées la came poudroie

la route on regarde la route

la nuit se déchire

belleville est blême

la nuit se déchire

les gens marchent la nuit ;

la nuit est belleville ; la nuit était limpide ; belleville est calme la nuit belleville est à feu et à sang, la nuit belleville est calme

la rue est livide,

la nuit est livide, la nuit est livide

la nuit est calme, les gens sont livides

les routes sont violettes les sous routes sont diaphanes ; les gens sont livides, la route est blême

les routes sont coupées, les gens morflent, la rue est vide

 

dans les rues de belleville, les gens chantent, les gens regardent la télé, ils marchent blêmes dans la rue,

les rues sont des impasses,

la nuit les gens marchent

 

- soricei : en roumain se prononce “ choritchéï” : des souris

- chinuiti, se chinuie : en roumain se prononce “ quinouïtzi, sé quinouié ” : torturés, tracassées, se tourmentent

- un intrînd : en roumain se prononce “ oune inetrînede” : un renfoncement

- frageda : en roumain se prononce “ fratgeda” : tendre

- se asterne  : en roumain se prononce “ sé acheterné” : se pose, s’étale

- rasufla  : en roumain se prononce “ rassoufela” : respire, halète

- se spulbera : en roumain se prononce “ sé spoulebera” : poudroie

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -