Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Tes mains
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 5 février 2013.

oOo

« Frôler, caresser, toucher, effleurer, retenir, poser, sentir et se lover. Profitons tout doucement de ce bon temps. »

Pas de questions ni d’énigmes meurtrières, pas de labyrinthe malsain où transpire la mort, non, rien de tout cela, là, dans le la qui se donne à cette musique qui parle dans tes yeux.

-1-

De bon matin, il se leva avec cette phrase dans le cœur : Je sais désormais à quel sein me vouer.

Aucune recherche de salut personnel dans cette promesse allègre, mais la claire conscience d’un petit miracle tendre qui ne regarde qu’elle et lui, loin de toute contrainte, à mille lieues de tout horizon de sens imposé par l’un ou l’autre.

-2-

Fines et fortes, fortes mais fines, les mains d’une femme, jamais rencontrées de mémoire d’homme, des mains qui appuient sans presser, pressent sans appuyer, ni fureteuses ni rugueuses, pas encore insinuantes, mais déjà si prenantes, anacrouse de l’ahan qui bouleverse le jeu en le faisant basculer dans l’indicible de deux regards émus qui n’en resteront pas aux regards, mais iront se perdre dans l’intensité sans mot qu’est cet amour à la pointe acérée qu’ils sentent naître entre eux.

Tes mains délicates et fermes prolongent l’approche de l’énigme faite chair.

Elles conjuguent dans un même geste passé, présent et futur sur le mode du conditionnel de l’indicatif au sein duquel, de trouble en trouble, le bonheur de trouver à qui parler en le touchant, le frôlant, l’effleurant devient révolution de deux existences qui, tournant l’une autour de l’autre, tendent d’un commun accord vers la résolution des tensions que cette communauté d’existence implique, jusqu’à retrouver dans la volte des jours qui virevoltent - la réciprocité renouvelée du désir assumé - un point d’équilibre où sensations et émotions, d’emblée indissociables, reviennent avec bonheur à leur foyer commun, à ces instants où les mains ne savaient encore rien l’une de l’autre et brûlaient de se toucher.

Les temps s’affolent.

Qui parlent à travers eux ne sait plus à quel temps se vouer, tant le présent qui s’annonce appelle un avenir indécidable, non-écrit, jamais en avance sur l’événement.

-3-

Qu’émotion et sensation s’équilibrent en s’appelant mutuellement, ce serait peu, à vrai dire, n’était la sensation si émouvante que ce juste équilibre maintient l’écart et le balancement entre elles deux, l’une et l’autre ne prenant jamais le dessus, mais cherchant l’équilibre ultime dans l’excès et de l’une et de l’autre.

Autant dire que le langage a la part belle dans ce registre d’émotions et de sensations qui s’appellent et se maintiennent, sans qu’il soit possible de dire si ce sont les mots qui agissent comme des aphrodisiaques ou les gestes tendres qui agissent comme des excitants.

Comme un navire qui tangue et dont le marin éprouve ainsi au mieux son comportement sur la mer houleuse.

A cette nuance près que jamais la mer n’est remise en question par le marin qui la sillonne pour en vivre, alors qu’émotions et sensations, dans leur tangage envahissent et le corps et le cœur, le peau à peau, puis le sexe à sexe déchaînant un vertige, puis un naufrage bienheureux.

C’est alors comme si la mer toute entière faisait naufrage. 

Mouvement excessif qui amène au plaisir étreint par les amants qui, d’instinct, ne séparent ni ne confondent strictement les émotions et les sensations qu’ils vivent ensemble.

Cette impossibilité de scinder et de confondre, qu’ils éprouvent dans leur cœur et leur corps, ignore toute logique fermée, incapable de faire la part belle à cette innocence en marche qui lance un pont entre émotions et sensations, pont suspendu à cet autre équilibre en acte qu’est la recherche en son mouvement.

Le corps des amants est ce pond invisible que leur cœur éprouve quand ils se touchent.

Ombre apaisante et lumière bienfaisante allant de pair, nul ne songerait à les confondre ou à les séparer, de même qu’il ne viendrait à l’idée de personne de séparer ou de confondre le son et le sens dans l’acte de se parler.

Le ton et le débit, eux aussi, dans la parole, ne peuvent ni être confondus ni être scindés.

Emotions et sensations ont ceci de plus, par rapport à l’ombre et la lumière : elles ne s’ignorent pas, l’une n’étant pas l’impossible conséquence de l’autre, au contraire, elles s’engendrent mutuellement.

A ce mouvement d’engendrement réciproque vient s’ajouter au sein de ce doux vertige la passion de la recherche en son mouvement, recherche qui passe par la mise en mots du vertige, le vertige ayant toujours le dernier mot, quand, les amants n’y tenant plus, émotions et sensations les entraînent vers ce plus d’être qu’il s’émeuvent de sentir naître entre eux deux à une profondeur telle qu’il préfèrent s’abîmer en elle en fermant les yeux. 

C’est comme un flux qui n’a plus ni point de départ ni point d’aboutissement, mais n’existe qu’entre nous, pour peu que l’envie nous prenne de nous toucher en nous aimant, de nous aimer en nous touchant.

Ecrivant tout cela, j’espère ne pas avoir trahi ta parole d’un soir, parole que j’ai reçue si fort, tant elle allait au-devant de ce que je ressentais moi aussi.

C’est de ce « moi aussi » que je tire toute mon autorité que je dépose entre tes mains, en t’offrant à lire ce que ta pensée à fleur de peau m’a inspiré.

 

Jean-Michel Guyot

23 janvier 2013

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -