Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
La dépense
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 7 juillet 2013.

oOo

Le trop-plein appelle le vide comme sa délivrance… Cette délivrance est reconnue comme fallacieuse par celui ou celle à qui a été donné, par chance, un trop-plein d’énergie. La dépenser ne suffit jamais à consumer le trop à faire ou le trop à penser fichés comme moelle épinière dans le corps de qui ne s’attarde pas aux résultats, mais veut toujours voir au-delà.

Une essentielle insatisfaction taraude celui qui a épousé le mouvement même du langage : certains êtres ont des mots au bout des doigts.

Le mieux qu’ils puissent faire est de frayer avec leurs semblables, ils multiplient ainsi les occasions de se dépenser sans compter. La fatigue seule donne un coup d’arrêt momentané à leur suractivité ou bien la dépression, celle-ci n’étant que la résultante d’une activité qui ne trouve pas sa voie, confrontée qu’elle est à une personne vide de pensées et de sentiments.

En revanche, deux êtres surabondants s’entendent à se dépenser mutuellement dans le travail et le jeu, la vie quotidienne et la vie intime. Leur fatigue, alors, est une grâce de plus que leur fait la vie : ils peuvent se reposer ensemble, s’adonner au plaisir du farniente et se débaucher, et ainsi, encore et encore, se dépenser…

La dépense, alors, est ce pur plaisir de vivre qui vient à ceux et à celles qui voient dans la vie l’occasion de brûler. Ces êtres ne sont pas des tièdes ou des assis, ils sont entiers, impérieux, exigeants avec eux-mêmes et les autres : les fréquenter mène loin : là où la vie épuise tout le possible, s’exalte tantôt en douceur, tantôt en fureur. La dépense appelle la dépense, elle ne se satisfait jamais d’elle-même : une femme ou un homme d’envergure, quelle que soit son activité, cherchera son alter ego pour augmenter la dépense, la pousser à l’extrême : ceci arrive en faisant l’amour comme on court sur une plage pour se jeter dans les vagues écumantes, ensemble, et nus. Le lit est alors cet archipel de caresses qui le compose tout entier.

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2020 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -