Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Otrofictif 2
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 9 février 2014.

oOo

« Bizarre, non, qu’on assassine ta voisine ? La porte à côté… Rien que le mur pour vous séparer. Du galandage de 5. Ça ne fait aucun bruit, la lame sur le cou. Même le sang qui gicle ne fait pas de bruit. Elle est tombée là. Le tapis a feutré. Pas un cri. Il était quoi ? Une heure ? Pas un bruit. La porte. L’escalier. La minuterie. Rien. Il est peut-être encore là. Je rigole ! Non ! Non ! J’ai pas faim. Bobonne m’a gonflé ce matin avec son idée de week-end. Bizarre… Tu dormais. La télé allumée. Elsie dormait aussi. Tout le monde dormait. Personne n’a rien entendu. »

 

je ne connais pas la ville comme je te connais

je ne vais jamais plus loin que toi — la rue

est creusée dans cette mémoire — « encore

toi : je ne t’attendais plus : pourquoi revenir : »

« C’est un travail facile dans le sens où tout

est programmé » — la ville et son fleuve lent

les péniches ne te font plus rêver, mon amour

à bicyclette rutilante entre les pêcheurs immobiles

un poisson me regardait à travers les mailles

vertes « ne ralentis pas maintenant : » sous

les arbres le soleil fragmente d’autres soleils

empoisonne ma vie, extrait de naissance

tu ne sais pas où tu vas ni si ça vaut la peine

de ralentir pour faire semblant d’observer

les détails de la technique de la mouche —

paterson me regardait lui aussi mais avec

des yeux troublés par ce qu’il en pensait

au moment où personne n’était en mesure

de penser réellement à ce qui s’était passé

entre elle et moi le mur « je suis jamais venu

ici » dit paterson comme s’il me reprochait

de ne l’y avoir jamais invité, cherchant des yeux

à l’intérieur non pas de la scène du crime, là :

mais entre les objets de mon intimité relative

l’interstice de lumière l’obligeant à cligner

ces yeux qui ne voient que ce qu’il veut voir

en attendant d’être mieux renseigné sur :

par exemple elsie dont il observe les traces

« un jour moi aussi je voyagerai avec les femmes

et je reviendrai avec le bourdon comme papa ! »

dehors la ville commençait à agiter ses cloches

comment parler aux autres sans les donner à voir :

 

« L’arme est une lame bien aiguisée. Il ne s’y est pas repris à plusieurs fois. Ziiiic ! Le cœur a cessé de battre. Si elle voyait ? Si elle entendait ? Et tous ces trucs qu’on raconte au sujet de la mort ? Je suis pas là pour ça, mec ! Jette un œil dans les chiottes. »

 

c’est drôle « qu’est-ce qui est drôle ? » paterson

ne sait pas ce qui est drôle et ce qui ne l’est pas

le canal coulait des jours heureux « ce qui est

drôle : dit paterson : c’est que ça se passe :

chez toi : on peut le dire comme ça, non ? »

Il y a même une empreinte « jamais vu personne

avec elle — dis-je — mais je ne la connaissais pas : »

premier mensonge : je la connaissais : les mots :

ne vont pas tarder à me manquer : juliette :

mais c’est écrit sur la porte en lettres d’or :

pas assez : grogne paterson : pas assez !

la même fenêtre : nous en possédons tous :

une : et c’est la même : le rideau change

en fonction des goûts de chacun : la même :

rue : même mémoire : non : peut-être même

pas : la mémoire : autre chose de moins

définitif : nous étions tellement différents :

elle et moi : « 18 trous du cul à auditionner »

se plaint paterson qui tape avec ses doigts

dans l’air maintenant sucrée de ce corridor

éclairée par une seule ouverture : ombre

que je n’ai jamais pris le temps de scruter :

pourquoi : nous ne nous sommes jamais rencontrés

ici : ailleurs : mais quel ailleurs s’en souvient ?

« je passe pas une heure sans me remonter :

dit paterson : ça en fait des heures ! » il rit

parce que je ne ris pas — personne d’autre

que moi ne la connaît : les pêcheurs à la ligne

en sont témoins : je suis de nouveau seul :

 

« Commencez pas à faire chier la fonction publique ! Vous rentrez chez vous et on frappe à la porte avant de vous cogner dessus ! Non, madame. Je plaisante. Si la porte s’ouvre pas, on l’enfonce. Si ya personne dedans on répare. Vous inquiétez pas. »

 

de toute façon vous êtes morts : le poison :

a fait son effet : sur votre pensée a fait :

l’effet demandé : vous attendiez que ça arrive :

et c’est arrivé : oui : justine : lettres d’or :

« Vous qui baissez le nez… oui, vous : » pour

quoi : vous n’avez rien fait : je le sais :

je vous connais de longue date : mes parents…

« Revenez, madame : j’ai pas fini de vous popo

de vous poser : des questions : vlelo tu prends

ceux-là » — non : je ne vais pas vous faire de mal :

je n’ai jamais tué personne : je ne suis pas celui

qui écrit : quel nom donner à celui qui raconte

ce que je n’ai vécu que dans l’idée que je me fais

du monde : rue-mémoire : il pleuvait souvent

l’été : les flaques m’inspirent encore : tu vois :

je ne mens pas : j’essaie seulement de vous dire :

madame : que je ne suis pas mort : que je vis :

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -