Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Au piano
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 13 juillet 2014.

oOo

Dans le rêve, une fine couche de givre recouvrait les touches noires et blanches du piano à queue posé là, tard dans la nuit noire, exposé à la pleine lune gibbeuse.
Saison indéfinie, saison neutre fermée aux couleurs.
Une femme nue apparaît assise au piano, aussitôt se met à jouer lentement d’abord, puis de plus en plus vite, des notes cristallines. Elle frissonne.
Comme des cloches lointaines tintent dans l’espace, des cloches nuptiales.
Il se fait un silence, puis un hennissement déchire la nuit.
Elle reprend son jeu, lent à nouveau, presque distrait, tant les notes paraissent distantes l’une de l’autre.
Sur son épaule, une minuscule clé de sol fluorescente.
Les cordes pincées d’une mandoline s’agrègent aux notes cristallines du piano. Le son aigrelet de la mandoline laisse entendre une rumeur de clavecin que vient tempérer le piano.
Je m’approche d’elle à pas feutrés, pose ma main droite sur son épaule. Elle tremble de tout son être. Je couvre ses épaules nues d’un foulard de soie bleue. Elle tourne alors la tête vers moi, me sourit doucement. Elle a les yeux brillants.
L’espace d’un instant, j’entrevois une partition entièrement composée de petites images qui figurent toutes mon visage souriant.
Je souris, l’embrasse dans le cou. Elle reprend alors son jeu de plus belle. Ses seins pointus balancent en cadence.
Rythme ternaire, tangage infini.
La nuit a disparu. Nous sommes dans un salon meublé richement décoré d’estampes et de poupées de porcelaine. Elles me regardent en souriant.
Anne est encore nue. Anne, c’est son nom dans le rêve. La musique me l’a soufflé à l’oreille. Elle ne joue plus, se tourne vers moi et me serre contre elle.
Je frissonne, elle tremble.
" Fais-moi l’amour ", dit-elle dans un murmure.
Le rêve alors se déchire.
Tout bascule dans un vertige multicolore. Je sens mon sexe battre la mesure en elle, mais c’est elle qui donne le tempo.
Un tempo d’une lenteur calculée, comme si tout se déroulait au ralenti.
Est-ce elle, est-ce moi qui alors crie le premier ?
Le rêve ne le dit pas. Tout a été emporté dans un élan sans nom.

Jean-Michel Guyot
4 juillet 2014

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -