Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Auteurs invités [Forum] [Contact e-mail]
AUTEURS INVITÉS
Depuis avril 2004,
date de la création
du premier numéro
de la RALM.
Ode à Pessoa (extrait)
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 7 septembre 2014.

oOo



Khal Torabully est détenteur d’un doctorat en Sémiologie du Poétique à l’Université Lumière Lyon II. Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages. Sa poésie, explorant les imaginaires et les langues, donnent une tonalité novatrice à la langue française, façonnée à la diversité des cultures, des mémoires et des espaces humains. S’inspirant de l’engagisme comme expérience profondément humaine et ouverte sur les altérités, le poète a élaboré la poétique de la coolitude il y a une vingtaine d’années, définie comme l’humanisme du Divers de l’océan Indien. Aimé Césaire s’y est reconnu, en y voyant " toute son humanité ". C’est justement cette portée humaine et esthétique nouvelle qui a suscité un rayonnement international à la coolitude, aujourd’hui étudiée dans plusieurs pays dont Maurice, les USA, le Royaume-Uni, la Hongrie, la France, le Canada, l’Allemagne, l’Espagne… Torabully a reçu le prix du Salon international du Livre insulaire (2000), le prix Missives de France Télécom et a été lauréat du CnL et de Lettres-Frontière (Suisse). Considéré comme " le plus grand poète de la créolité " par Raphaël Confiant, il est l’un des poètes majeurs de Maurice et de l’océan Indien. Il prépare une anthologie pour le peuple syrien, un recueil bilingue écrit à Istanbul et une anthologie de son œuvre (français-espagnol) à Grenade.

 

Ode à Pessoa (extrait)

 

I

Comme le sang en longitude,
Comme le sang en latitude,
Comme le sang de bord à bord,
Comme les mots traversés à tort,
Comme les chairs au port,
Comme les imaginaires en dérade…
Mes Indes seront fado et saudade.

II

Saudade la gorge du roseau,
Le mélange de vents secs,
Fado la peau souple de l’eau,
Sans larme ou nostalgie du départ !
 
Le mystère des Indiades
Demeurera entier, de cale en cale,
Comme l’hymne des grandes découvertes,
Comme l’éclat du sud sur le hublot sale.
 
Incolore maison des négoces,
Incolore le navire drossé sur le galet.
L’âme au corps, Pessoa fuit ce vertige atroce…
 

III

Saudade en cassant mes syllabes :
J’ai traversé archives et archipels
Dans l’encolure des ancolies.
Fougueux comme le fauve menacé
Je fus l’ombre du marron des pénombres.

Saudade :
Ton geste de femme gracile
Est clapotis d’eau aux ravines des rosées.
Au sud, cette légende fragile :
L’alliance de l’aube et de l’aubépine.

Saudade :
En unités de soleil, mesurer les salines
Découpées dans le miroir,
Brisées en clarté de ton cri.

Saudade :
Ta respiration de mots perdus,
Ta parole - nuage noir que déplace le cyclone.
Coupée dans le sisal, ta lumière aphone.

Fado :
Pour que le soleil s’obstine à peser ta bouche.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -