TÉLÉVISION
[Contact]
AIDE
* Chez Le chasseur abstrait : N (le facteur) + caNNibales romans - Cannibales >>>>
* Chez Le chasseur abstrait : Nouvelle édition de La rivière Noire - [ICI] >>>>
Objet
CRÉATION
D'UN HYPERTEXTE
LE CONTEXTE
ET SES TEXTES
En prime
LECTURE EN LIGNE
TÉLÉVISION
Site de Patrick Cintas Matorral
Le pédant met la charrue avant les bœufs.
Le salaud change la charrue en bœuf.
Attention, l'artiste...

Feuilleter

Cliquer pour agrandir
[ACCUEIL TÉLÉVISION]

[PLAN DU VOYAGE]
SOMMAIRE

---1. Note sur le droit d'auteur
---2. Note sur la lecture
---3. Les aventures de Télévision
---4. Arborescence de la Télévision

I - LIVRES
Romans-Nouvelles
--------Carabin Carabas
--------Rendez-vous des fées
--------Coq à l'âne Cocaïne
--------Les baigneurs de Cézanne
--------L'enfant d'Idumée
--------Le paillasse de la Saint-Jean
--------Anaïs K.
--------Cicada's fictions
--------Gor Ur
--------BA Boxon (roman)
--------Voyage en France
--------N et les caNNibales

Poèmes
--------alba serena
--------Chanson de Kateb
--------Cancionero español
--------Analectic Songs

Essais
--------Actor

II - LECTURE ALÉATOIRE
Lien externe

-------Oh p'tit bonheur !

III - INSTALLATIONS
--------L'Héméron
--------In/excipits
-----Jeux d'OH - Liens externes
-------Oh lire à la souris ! !Chargement long...
-------Oh le beau tableau !
-------Oh le mot mot !
-------Oh le beau fragment !
-------Oh le son !

IV - ANTHOLOGIE
Le Gué de la Noire
----Romans
--------Antoine à Paris
--------Interprétation d'un nain
--------La pierre qui brisa le miroir
--------Dix mille milliards de cités pour rien
--------Chasseur abstrait
--------Voir Pablo nu
--------La lettre de Bagdad
--------Un amour de Spielberg
--------Trois bonheur
--------L'enculé
--------Passages des Tristes
--------aux primevères
--------L'enfant d'Idumée
--------Le paillasse de la St-Jean
----Poésie
--------La guerre civile
--------Ode à Cézanne
--------L'oiseau aux oiseaux
----Théâtre
--------Gisèle
--------Bortek
----Essais
--------Cosmogonies
--------Mon siège de Robbe-Grillet
--------Mallarmé, pierre d'angle
--------Aliène du temps

V - TO DO
1) RÉFÉRENCES
Pour être complet, ou en tous cas achevé, le texte formé par ces lectures devrait être augmenté de ses citations et de ses preuves tangibles — de celles qui ont raciné le texte dans le terreau de l'action et de l'esthétique. Mais [ACTOR] pallie un tant soit peu cette pénurie. De même que [L'HÉMÉRON] tente une sortie à l'anglaise.

2) SOMMAIRE
de la Rivère Noire

Il manque à la page [DÉTAILS DE LA COMPOSITION] les liens vers les textes ainsi que les résumés de chaque contenu. Mais cette page serait mieux remplie par un texte numérique proposant un graphe de lecture sur la base de celui ci-contre. Le sommaire couvrant alors l'ensemble de la Télévision.



Ce travail repose non pas sur une intrigue ou une chronique, mais sur un argument romanesque :

INSTANCES
Espace
littéraire
Parabole
faulknérienne
Chrono
le présent défini
Récit
Exemple de fruit
bientôt dans
Les aventures de Télévision

La rivière Noire
ou
Apparence

I
L'ENFANT

le suicide
en herbe

PASSÉ

Un enfant se donne la mort. Le peu de passé qui le hante déjà est détruit. Pourtant, et c'est là toute la fiction, l'instant qui le sépare de la mort est alors occupé par ce personnage, désormais fictif, qu'il aurait pu devenir. Ne concevant pas autre chose qu'un fou, il voit ce jeune homme fuir dans la nuit et finalement se réfugier dans un patio en fête. On y joue (autre argument) à se raconter des histoires. Le jeune homme, à son tour, prend la parole, mais au fil d'un poème qu'il ne peut achever car on ne l'écoute plus. Par ruse, pense-t-il, son poème devient roman. En vain. Abandonnant la partie, il s'adonne aux agapes. Dans la nuit, l'hôte lui révèle (à lui seul) qu'il a empoisonné tout le monde. Le jeune homme accepte sans entrain un antidote au moment où la terre se met à trembler et engloutit cet ancien monde. Le jeune homme rejoint à la nage les bateaux qui tentent d'atteindre l'Amérique.

L'enfant arrive devant la porte de l'Enfer. Le Diable ouvre : « Désolé, petit, mais il n'y a plus de place. Va voir à côté. »

L'enfant traverse <la rivière Noire> Limite

II
LE FESTIN

l'explorateur circulaire

C'est ici le corpus du roman du jeune homme qui est alors remplacé (par l'enfant) par un personnage asexué nommé Carabas. De l'entretien que celui-ci (ou celle-ci) s'applique à peaufiner jour après jour (l'héméron), il ressort un texte que son reflet, Carabin, note dans le journal de voyage du jeune homme vers l'Amérique. Ce deuxième personnage inventé par l'enfant, Carabas, ne se contente pas de rafistoler le poème pour séduire ses contemporains. Il représente, du moins aux yeux de l'enfant, ce que le jeune homme serait devenu (s'il a jamais existé) : un fou (ou une folle), certes, mais surtout un(e) Andalou (se) qui transporte le monde hérité dans un autre monde qui promet (peut-être) une autre mort que le suicide en herbe.

L'enfant frappe à la porte du Purgatoire. « Il n'y a pas de place pour toi ici ! »

Le mort prend <l'Atlantique> Poésie

L'Amérique
ou
Rêve

in progress

III
LE DÉSIR

l'œuvre

FUTUR

Cette partie du texte est en cours d'écriture. Ce n'est pas le jeune homme qui arrive en Amérique, ni ce fou (ou cette folle) de Carabas, mais un nouveau personnage qui découvre avec un plaisir certain que deux autres personnages se détruisent mutuellement sous ses yeux et qu'un troisième personnage est le témoin de ces jeux dangereux.

Il frappe à la porte du Paradis :  « Je ne peux pas te recevoir ici, mon enfant, dit Saint Pierre. Mets-toi dans un coin en attendant. » Et l'enfant se met à attendre avec d'autres. Pour tromper le temps, il écrit Les chiens du Paradis.

Plutôt qu'une parodie de la Divine Comédie, ce travail est un relatif du poème de Pound, Cantos. Mais ici, quand le poète (enfant) veut entrer en Enfer, il en est empêché. À la place de l'Histoire, il ne rencontrera que lui-même. Et pour finir, au Paradis il ne trouvera qu'une niche dans l'attente d'assumer son destin de damné.

Une fois rangée dans le placard, « l'œuvre » prend peu de place...
 

Lechantier qui va de ceci à cela
est ici :

[ACCUEIL]

 

...mais il faut avouer que c'est un beau voyage...
<work in progress>

© 2017 patrick cintas