Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Auteurs invités [Contact e-mail]
AUTEURS INVITÉS
Depuis avril 2004,
date de la création
du premier numéro
de la RALM.
L'apparition
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 10 mai 2015.

oOo

C’était un matin. Un matin parisien tout ce qu’il y avait de banal. Temps gris et flou à la fenêtre. Rangs de buildings aux silhouettes crayeuses. Ciel sans véritable couleur.

Maxime sortit du coaltar en avalant un plein bol de café corsé, lequel, comme chaque matin, lui fit l’effet d’un véritable coup de cravache. Ensuite, il se leva aussi vite qu’un bouchon de champagne qui fuse et prit, d’un pas résolu, la direction de sa salle de bain.

Comme de coutume encore, il se planta, bien droit, juste en face du lavabo, et examina, plutôt distraitement, sa tronche dans le miroir carré qui surplombait la cuvette d’émail.

Rien de particulier à signaler, là non plus : Maxime avait la réputation d’un "beau gosse", et, bien entendu, il n’était pas sans le savoir. "Belle gueule", traits inimaginablement réguliers, denture éblouissante, physique et assurance charismatique (quoique décontractée) d’acteur ou de politicien américain.

Il s’ébroua brièvement puis, se sentant encore, tout de même, insuffisamment réveillé, il résolut de chasser l’ultime reliquat de chiffonnement nocturne qui s’attardait sur sa face en ouvrant d’un geste brusque, quasi impatient, le robinet d’eau froide, et en s’aspergeant tout aussi allègrement tête et visage d’eau vivifiante. Il dut ainsi rester quelques trois bonnes minutes courbé sous le jet, qui s’abattait avec une violence bienfaisante.

Après quoi il finit par tourner le bouton du robinet en sens inverse, d’un coup sec encore, et se redressa.

Presque à l’aveuglette (ses yeux étaient embués d’eau), il réussit à attraper une serviette, et la colla avec une rare énergie contre son visage revigoré.

Puis il frotta. Jusqu’à ce qu’il ne subsiste plus la plus infime gouttelette de liquide.

Immédiatement après - pour ainsi dire par réflexe - il scruta alors une nouvelle fois le miroir, en face.

Oups ! Il eut un tel choc qu’il crut, un court moment, que son cœur s’était arrêté de battre.

Face à son torse et à son visage, le morceau de verre reflétait une physionomie hideuse, aux traits grossiers, quasi simiesques, aux yeux enfoncés, étincelants, dont la bouche, dépourvue de lèvres et affligée d’une longueur énorme, entrouverte, révélait une paire de canines si épaisses et si pointues, de dimensions si impressionnantes qu’elles n’étaient pas sans faire penser à celles d’un redoutable babouin.

Avant même qu’il ait le temps de se mettre à cogiter pour essayer de comprendre, il vit, par dessus le marché, s’élever, depuis le bas du miroir, un gigantesque poing velu qui, avec une fulgurance de météore, se projeta hors du reflet et vint directement s’abattre en plein centre de sa figure, qui lui donna l’impression d’éclater.

Sur ce, toute lumière s’effaça sans attendre ; ce fut le noir total. Tout juste le malheureux Maxime se sentit-il perdre l’équilibre, basculer en arrière ; il tomba à la renverse et perdit totalement connaissance.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -