Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Débordements
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 5 février 2018.

oOo

Dans la beauté, ne saurais dire

La nuit venue

Dans le jour, tout, tout brusquement,

Peut s’assombrir

*

Frissons,

Frissons frissonnent

A même une matière dense si vivante,

Et si densequ’elle danse

Fragile et souple

Peau à peau

Pétri de jouissance

*

Mains lestes désincarnent le visage éolien

Voilà qu’il s’effiloche comme nuage dans un ciel d’été

Dans mes filoches, désormais, les figures amènes

Que des flux incessants aussitôt délivrent

Pêcher en eaux troubles, décidément, n’est pas mon fort

J’aime trop la liberté de ce qui même obstinément

S’y refuse

Dès lors persiste un écart salvateur

Une liberté empêtrée se disloque,

Ne communique plus, s’enferme en elle-même

Et de sa vérité devenue farouche, sauvage et libre

Je fais une idole

Hostile à toute présence

Subsistent un blanc, une faille

Une ressource encore

A qui se refuse à yvoir

Une présence aisée, vagabonde, obtuse ou plénière

En proie au divin

*

L’absence est mon dieu velu et retors

Il court dans les veines de l’ours solaire,

De la louve errante, du chacal endormi, du fennec hilare

Dunes et combes abritent les cris

Innommables 

*

Roseauxse balancent dans les eauxtroubles,

Iris safranés allument un feu pour les yeux,

Herbes aquatiques ondulent au gré d’eaux plus claires

 

Aisance et présence 

Odeurs y puisentl’élan

Et peau cuivrée s’immerge dans la rivière indolente

Ardent été

 

Plus loin, la cascade se hérisse

Délie les eaux

*

Divers lieux s’agrègent

Vivent en un même lieu bordé d’aulnes

Homol gardois

Ognon haut-saônois

Mêlent leurs eaux, leurs temps et jusqu’à leurs crues

 

Transies d’êtres et de choses

Nobles ou banales, visqueuses ou lisses,

Les berges

Galets boueux polis par les eaux

Gisent en décrue

 

Il m’arrive souvent de remonter la rivière 

Sans jamais y trouverâme qui vive

Il faut parler pourtant

Ainsi lier durablementjoliesse et vérité en liesse

Des sols et des lieux, des eaux et des rives

Dans l’espace accordé de deux pays

Devenu pour l’occasion un seul et même paysage

Presque un visage

Qui sourit au bleu du ciel qui se penche

Sur nous 

*

A lavivacité d’un regard pétillant de malice

J’allie à l’envi 

Une force presque incoercible

En ce qu’elle dépasse qui s’en fait le porteur,

Et passant en tout un chacun,

Déborde allègrement

 

D’elles deux j’accompagne et le bond et l’élan,

Parfois même je lesy précède

Petit pont de pierre jeté sur l’abîme ouvert

 

Et je ris, je ris de bon cœur

Au bonheur quis’en vientlà me visiter

Conscience irradiée de présence

Roches grises polies, arrondies

Mais toutes luisantes

 

Schistes rosés veinés de mica

Et de tant et tant de nuances 

Affrontés au soleil qui cogne dans les forges du ciel

Aux eaux vives qui dévalent des ravines

Pour ne former qu’un seul lieu 

Goulet d’eau furieuse ici et là,

Et plus loin encore vasque étale

 

Miroir des eaux 

D’une rive à l’autre renvoie des images dansantes

Et si fragiles

 

Y plonger les bras puis le torse, 

Assommé de chaleur,

Ivrede fraîcheur tantôt

 

Plus tard avancer

Dans la beauté radiante

 

Après une marche harassante rentrer plus fort que jamais

Et courir encore et encore de nuage en nuage,

Assis sur la terrasse toute de schiste bâtie

Qui surplombe le petit val en contrebas,

Un verre de vin rosé à la main

 

Dans le bleu du ciel

Marcher encore

En sautant de nuage en nuage

En bonne compagnie

 

Avec celui ou celle quiaime la vie

De tout son être jouit et se réjouit

De donner le là à toute cette foison

 

Bouillonne d’impatience

A l’appel du dehors

Qui ne cesse de grandir

D’un mot m’appelle

Dans un mot

Afin que jamais ne s’étiolece bonheur de dire

Qui si souventinvite au silence

Incite aussi qui s’y complaît à le rompre

En cela répondant à l’appel

De la beauté aux milles

Visages

 

Jean-Michel Guyot

24 janvier 2018

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -