Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Histoire de Jéhan Babelin 32
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 24 juin 2018.

oOo

Le voilà revenu
D’un long voyage
Au bout du monde
Ou de la nuit
Si c’est un roman.

Le voilà propriétaire
De la maison
Et du jardin,
Du banc de pierre,
Des arbres vieux
Comme le temps
Et des oiseaux
Qui virevoltent
Dans cet espace.

Chien d’homme parti
Qui laissa seul Babelin
Avec ses nuits blanches
Et ses noires idées.
Le revoilà, le chien !

Il a été
Et il sera.
Mais jusqu’où
A-t-il été ?
Et jusqu’à quand
Existera-t-il ?

Passons dans la rue,
Promeneurs phénomènes.
Passons en silence,
A l’écoute des mots
Et de leurs hiéroglyphes.
Ce chien a voyagé,
Si longtemps que Jéhan
En est peut-être mort.
Il s’appelle Nano
Et n’a pas de langage.

Il partit une nuit.
Babelin endormi
Rêvait à autre chose.
Un beau rêve peut-être
Ou un mauvais si l’art
De dormir dans son lit
Ne se partage pas.

Le chien quitta sa niche
Un peu après minuit
Pour suivre un être né
De la nuit et du temps.

Il y avait longtemps
Qu’il s’ennuyait
Avec Babelin le poète.
Et ce temps avait fini
Dans la cendre des jours.
On la voit soulevée
Par le vent des montagnes
Mais rarement elle vous quitte,
Surtout si vous êtes un chien
Et si le meilleur de vos nuits
Se passe dans la niche.

Il vit un être fantastique.
Il vit sa lumière
Et sa trace.
Il vit comment
La cendre du temps
Se souleva
En tourbillon
De froidure
Et de nuit.

Il n’avait jamais rien vu
D’extraordinaire ici-bas.
Il avait été le témoin
De bien des fortunes,
Mais jamais rien n’arriva
Qui fût aussi prodigieux
Que le passage
De cette sorte d’oiseau
Aux ailes de silence.

Souvent il avait
Renoncé au génie
A la faveur d’un os
Ou d’une soupe chaude
Comme un sein apparu
Entre peau et chemise.

Longue et dure la vie
Dans ces conditions !
Chien de poète,
Pour lui les mots
Ne désignaient
Que les choses,
Les apparences
Et les circonstances.

Mais la cendre du temps
Revient avec l’autan.
Après la tramontane,
Ses oiseaux et ses saints,
L’attente et ses angoisses
Sur la rosée des fleurs
Agitent les reflets
De convexes tumeurs.

Le nez dans la poussière
Du seuil et des saisons,
Le chien voyait comment
On finit quand
Plus rien n’existe
Que le vent,
Ses herbes et ses folies.

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2020 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -