Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Le Dogme Sociétaire
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 24 novembre 2019.

oOo

Le Dogme Sociétaire est comme tous les autres. Il a l’outrageuse prétention de détenir la vérité. C’est un témoin de Jehova de dimension planétaire. Aucun homme ne peut lui échapper.

Le Dogme Sociétaire est une prison hyper collective où tous ont (seulement) le droit de se sentir libres. Mais ses barreaux sont bien plus solides et encastrés en des murs plus intombables que ceux de toutes les religions, ceux des sectes, des drogues, de l’alcool ou de tout autre vice. L’homme sachant qu’une étincelle de divinité est en lui peut fuir de toutes ces geôles infectes… pas de celle du Dogme Sociétaire. Peut-être y parviendra-t-il en essayant de méditer au milieu d’un désert ? Tout en confiant dans le Dogme pour pouvoir bouffer sans doute ?

Cette abomination créée pour que l’homme puisse exploiter l’homme est vieille du jour où l’animal s’est levé sur ses pattes arrière. Du jour où, à coups de massue sur la coloquinte si nécessaire, on lui a fait croire qu’il lui fallait un chef. Du jour où cette putain de hiérarchie fut promue, afin que jamais le mot fraternité, si un jour on devait à son tour l’inventer, ne puisse réellement s’appliquer.

Le Dogme Sociétaire revêt des parures différentes selon sa position géopolitique. Il peut être rouge coco-chintoque, bleu sanguin-yankee, tricolore hexagonal, noir esclavagiste, ou encore d’autres options dans son apparence mais partout il n’a qu’un seul but : asservir les moutons laineux, les tondre jusqu’à les saigner afin de produire du fric, du pèse, de la thune, des fifrelins, du pognon, du blé, de l’avoine, du grisbi, de l’artiche, des balles, du carbure, de la douille, du picaillon, de la fraîche, des pépètes, de l’oseille, des radis, du faf et d’autres. Que les nantis du Dogme s’en empiffrent ! Morts, leurs charognes vaudront certainement bien plus que celles des moutons ordinaires !

La dernière mode en matière de Dogme Sociétaire est la façon sécuritaire. Quels merveilleux prétextes que de combattre l’intolérance et de s’armer contre le terrorisme pour édicter des lois toujours plus contraignantes ! Et vive le contrôle, vive les caméras en tous lieux, les micros qui vont rapporter vos mots pour prévenir les maux du Dogme Sociétaire.

Le Dogme Sociétaire cannibale non seulement bouffe ses sujets mais il tue son propre environnement. Et pas question d’essayer de convaincre les cons de Macron, Trump, Merckel, Poutine ou Xi Jinpig pour qu’ils cessent d’édicter toujours plus de contrainte à la liberté, ce ne sont que des pantins du Dogme. Marionnettes n’ayant pas de vue plus lointaine que leur respectif bout de nez. Dirigeants dirigés remplis d’orgueil à en péter, poussant l’humanité vers un précipice où leurs propres enfants vont plonger.

Le Dogme Sociétaire, pour le soi-disant bien-être de ses sujets, a financé la recherche et ainsi créé des éléments nouveaux que Dame Nature n’avait jamais espérés.

Le plutonium en est un exemple et les bombettes ne peuvent certes pas se voir qualifiées de mauvaises quand elles répondent parfaitement au critère de la sécurité. Les matières plastiques furent élaborées pour faciliter l’existence à moindre coût… elles sont passées au stade de la destruction généralisée. Pas un millilitre cube d’eau, pas un centimètre carré de bonne herbe sur Terre n’est désormais à l’abri des microparticules de cette merde cancérigène. Le beau et bien pratique métal nommé aluminium n’existe pas à l’état naturel, il est lui aussi responsable de moult tumeurs. Pourtant le tout puissant Dogme Sociétaire fait pulvériser à haute altitude des tonnes de ce merveilleux métal afin de réfléchir d’avantage les rayons d’un soleil autrefois générateur de vie. Oubliant que ses propres moutons allaient respirer cette autre merde sans doute ?

Sur un plan certes moins palpable Le Dogme Sociétaire a inventé deux arguments fabuleux pour tout justifier. Le bien et le mal sont apparus avec chacun leur chef bien entendu, précision pour les ignares : Dieu et Diable. Il était évident que chaque différente parure du Dogme allait adorer ces deux loustics de façons distinctes… « diviser pour régner… » une autre source de peur, de conflits, d’oubli complet de la fraternité. Pourtant l’Univers ignore le bien comme le mal !

Inutile de se masturber le chou pour trouver une parade contre Le Dogme Sociétaire. Toutes les religions veulent attirer des ouailles pour bouffer une part de ce gigantesque gâteau dont l’unique ingrédient s’appelle connerie humaine. Aucune révolution n’a pu éviter de retourner inévitablement dans le Dogme Sociétaire, la philosophie peut phisolofer encore une éternité avant de trouver une solution au problème. Cette insensée ne sait que poser des questions ! 

Et merde, écrire ne fera jamais avancer le schmilblick de la condition humaine, pas plus que de tomber le Dogme Sociétaire. La Terre, où ce monstre infâme règne en despote absolu, doit probablement abriter le rebus de l’Univers…

LAISSEZ-MOI NE PAS REVENIIIIIIIIIIR !

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -