Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Le creuset
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 6 novembre 2012.

oOo

La mollesse des chairs m’ennuie. Le coup de couteau n’y suffit pas. Il faut broyer, déchiqueter, réduire en bouillie la mollesse des jours qui s’agitent alentour.

Les corps passent, stoïques, raides, hautains, sans un regard pour l’oubli - l’immense oubli - qui rôde jusque dans les chambres vides, les greniers trop pleins, fantôme épars en mal de corps à enchanter.

Une voix résonne dans le parfois de questions illimitées.

Ce n’est jamais la même chanson, même si le vent mauvais, toujours le même, charrie des plumes d’azur acéré qui viennent se ficher dans les cœurs engourdis.

La pomme dans la terre, et puis bientôt la terre dans la pomme.

Floraison d’un raison ancestrale qu’accompagne l’esprit fertile de quelques humains en mal de croissance, assez curieux, assez aventureux pour proposer un nouveau mode de culture qui salue toutes les saisons de l’esprit.

La raison pratique, les sciences, les arts et les lettres, en leurs saisons, voilà le kaléidoscope qui fait de la terre bleuie une sarabande colorée de mille feux induits.

Arpente ta chance, mon ami, armé de mots ou d’équations, de formules alambiquées en expansion constante ou de couleurs traçantes, tranchantes, sanglantes, comme tu veux, comme tu peux.

Le pavois donne des ailes au navire qui se gouverne tout seul.

Tu m’as donné ton amour, j’en ai fait de l’or.

Le voilà paillettes légères qui virevoltent au vent profond. L’oubli, dans son immensité, se précipite, devient trouble actif qui monte comme sève dans le corps des amants élus.

Tu es l’or et le creuset, je suis la terre et la pierre, nous voilà raison et déraison, attente et oubli, là, au plus près de l’oubli, dans le pavois qui affronte le gros temps.

Et tout se mêle dans ce voyage somnambulique qui défait la mollesse des chairs malsaines.

J’ai planté le couteau dans la table de chêne. Il a fleuri. Un croissant de lune brillait dans l’immensité de la nuit.

Jean-Michel Guyot
23 octobre 2012

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -