Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
L'absurdité et son spectacle
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 22 septembre 2019.

oOo

" Il n’est pas tragique, pour moi de ne pas pouvoir expliquer ( ou comprendre ) le monde. D’autant que mon pouvoir poétique ( ou logique ) doit m’ôter tout sentiment d’infériorité à son égard. Puisqu’il est en mon pouvoir - métalogiquement - de le refaire. Ce qui est seulement tragique, c’est de constater que l’homme se rend malheureux à ce propos " . Francis Ponge

La spéculation sur la condition humaine varie selon les époques.
Le traitement philosophique de l’absurde a connu ses lettres de noblesse avec notamment l’affrontement sartro-camusien.
Dans les années 50, tandis que l’existentialiste pose comme définition de l’absurde, simple donnée, la présence irréfutable de l’homme dans un monde qu’il n’a pas choisi, la contingence universelle de l’être qui est, mais qui n’est pas le fondement de son être, l’artiste lui assigne une coloration humaniste en soulignant la condition insupportable de l’homme dont l’appel déraisonnable dans un monde indifférent est la preuve de l’absurde, un l’absurde scandaleux. On pourrait dire en d’autres termes que la tragédie camusienne s’oppose à la lucidité aride sartrienne.
Au quotidien, le recouvrement social, économique, politique et religieux ne cesse d’opérer sur l’individu et le groupe, masquant la réalité. La nudité de l’homme. La présence épaisse du monde. Chez les créateurs, généralement, le concept d’absurdité n’est pas problématique. Contrairement à la plupart des individus qui ont des certitudes chevillées au corps, l’artiste avance en tâtonnant, mû par une énergie suffisante qui le conduit à inventer des formes, à créer un univers. Ainsi, les événements et leur suite, les secousses du monde contiennent souvent un ferment de tragédie qui les transforme en spectacle permanent.
Oui, le chaos du monde est un spectacle permanent.
Mais cela ne signifie pas que l’artiste soit indifférent à l’évolution des choses. Simplement, sa lucidité et sa conscience lui ont appris à se concentrer sur son travail, sur son oeuvre.
Qui d’ailleurs, peut-être, participera d’une évolution globale du monde. De sa mutation.

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -