Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
La voie
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 13 octobre 2019.

oOo

Il faudrait être la chaussure et le chemin, le caillou et la poussière, l’horizon ouvert sur lui-même en un cycle sans fin et cette paix intérieure qui avance à reculons dans les tréfonds de notre être, à mesure que les heures s’écoulent sous nos pas, et puis tout, tout le reste qui n’en finit pas.

Je suis le caillou dans la chaussure, la poussière dans les yeux, murmure le chemin. Tout peut s’effondrer autour de moi, je demeure.

L’horizon chantant ne s’entend pas chanter, dissémine ses ardeurs guerrières dans le chant pluriel des oiseaux, peuples ailés des près et des bois nombreux dans le pays dissimulé. 

Lacs et rivières s’insinuent dans les yeux, s’évaporent à la moindre alerte. Deux flaques d’émeraude tremblent ensemble, soulignent les traits du visage intérieur puis disparaissent comme elles sont venues.

Voyage au centre de la mer.

Impossible périple entrepris en dépit du bon sens partagé par tous. Ainsi l’impossible en partage qui divise.

Jamais assez hauts, les monts métallifères dont on creuse les piémonts. Galeries retracent une lutte dédalique. Galeries abandonnées pourrissent dans le cœur de la terre.

En fer forgé, les arbres dédiés dans le verger des Dieux. Y poussent pommes d’or et d’argent. Titans gloutons s’en repaissent depuis la mort des Dieux.

Chemin chemine, sans autre lassitude que celle d’hommes fourbus arrivés en bout de course. Le pays s’étend au-delà des cartes qui décrivent des terres bien connues.

En chacun de nous, la carte parcheminée s’étend, s’étale et prolifère, vallons éruptifs, falaises affaissées, bras de mer devenue manchote.

Géographie de l’impossible.

Sur le chemin poudreux, j’ai vu un renard gris se mordre la queue.

Mince filet d’émeraude, un lézard filait vers l’horizon indistinct qui, soudain, prit une teinte violacée. En contre-jour, des figures graves, au loin, gravissaient lentement la colline toute proche, formant bientôt un arc de marche lent et solennel, prêt à décocher les flèches multicolores de sa ferveur retrouvée.

Un chant s’élevait depuis peu dans l’air du soir chargée de senteurs.

Max y reconnut le chant des pèlerins de retour de Rome. Tous tenaient à la main une canne en bois sculptée qui ne cessait de reverdir.

On eût dit une colonne de moines en robes de bure qui avançaient en file indienne, se dit Max. Sa vision, alors, se brouilla. Empli du chant qui déferlait, il fut emporté comme fétu de paille jusqu’au plus profond de son cœur. 

L’air était pur.

A la nuit tombée, il reprit ses esprits. Etrangement, il s’aperçut qu’ils étaient maintenant deux à cheminer sur la route droite comme un i. Son compagnon le devançait de quelques pas et la route semblait reculer à mesure qu’ils s’avançaient, comme si tous deux marchaient sur un tapis roulant sans commencement ni fin.

L’illusion ne dura pas. Max força le pas, rejoignit son compagnon de route, le saisit par les épaules et d’un bond entra dans son aura. Aussitôt il redevint cette unité perdue qu’il avait toujours été jusque-là.

L’été touchait à sa fin, et avec lui l’ennui des jours trop longs, l’ironie de l’azur moqueur et les fortes chaleurs.

La voie était libre.

Personne n’aurait songé à se railler de l’automne qui approchait. Loin, très loin, dans le jardin touffu d’une vieille villa tombée en déshérence une Pomone esseulée souriait.

Max pouvait la voir distinctement maintenant qu’il se souvenait.

 

Jean-Michel Guyot

15 septembre 2019

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -