Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Fulgurances
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 4 mars 2013.

oOo

We gotta keep moving,
gotta keep on grooving,
understand both sides of the sky !
Jimi Hendrix, Midnight Lightning

Prêt de toucher au but, dans un ultime effort, il fit volte-face.

Le chemin rebroussé n’avait pas le sourire : il y revoyait dans de brefs éclairs l’image des rares femmes qu’il avait aimées. Tous ses sourires prisonniers d’épais buissons de ronces ne lui disaient rien qui vaille. Sourires morts qui flottaient dans l’air embué de sa marche haletante, quand ils étaient parvenus à s’extraire des ronces.

Un jour, il écrivit l’acte de décès de son amour dans la cendre encore chaude de son cœur calciné. Il avait compris non pas l’absurdité de l’amour qu’il disait vouer à cette femme qui n’en pouvait mais, mais la monstruosité de sa demande : impossible de tout lâcher pour lui, surtout après ce qu’elle avait vécu par le passé.

Se posait alors à lui la question cruciale : la confiance qu’il mettait en lui-même depuis sa renaissance dans les mots était-elle à la mesure de la confiance qu’il pouvait mettre dans un amour durable et sans nuages ?

Il lui fallut répondre par la négative et prendre le large.

Sûr de lui, certes, formule banale entre toutes, mais agréable, si elle caresse une réalité somme toute simple : le chemin sûr qu’il empruntait, toujours en plongée dans l’inconnu de la phrase à venir.

Sûr de ses sentiments, tout autant, en effet, et par conséquent, mais il ne désirait rient tant qu’être conséquent avec soi-même, et une petite voix lui disait depuis la mort de sa mère que jamais il ne trouverait un amour inconditionnel comme il l’avait connu avec elle.

Aussitôt, il entreprit la critique acerbe de cette conception empoisonnée : il n’était pas vrai que l’amour de sa mère fût inconditionnel. Cet amour, comme tous les amours, n’avait rien à voir avec quelque pureté illusoire que ce fût.

L’amour maternel n’était pas un modèle valable. Bien sûr, il était conscient que cet amour, quand il est donné, traverse le temps. Une espèce d’assurance-vie qu’aucun amour ultérieur ne pouvait promettre.

Se promettre à soi la fidélité, quand on sait, après de longues années de vie, que l’infidélité, c’est-à-dire l’évolution personnelle, le reniement, la palinodie font partie d’une vie bien remplie qui assume sa part d’ombre et sa part de lumière, voilà qui rendait la tâche d’amour immensément compliquée.

Restaient le charme et la grâce d’une femme unique en son genre, et à laquelle l’hommage s’imposait comme une tâche à venir.

Mais ce faisant, il n’entendait pas tomber en adoration devant une image sainte, mais donner le meilleur de lui-même renouvelé, versatile et sujet aux changements de climat que sa vie lui imposait depuis qu’un désespoir sans pleurs décidait de son existence.

 

Jean-Michel Guyot

15 février 2013

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2020 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -