Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
nouveauté : N3
roman in progress

En ligne : cliquez
De la nouvelle comme accessoire vestimentaire
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 3 novembre 2019.

oOo

Ces nouvelles n’ont pas été conçues pour appartenir à un livre, roman, recueil ou autre poème. Elles sont « sueltas », libres, et peuvent être lues indépendamment les unes des autres. Elles ne forment pas non plus un ensemble ni divers ensembles. D’autres nouvelles sont les éphélides de mes romans. Elles ne figurent pas ici puisqu’elles ont leur rôle à jouer dans des ensembles qui portent chacun un titre et une indication (approximative) de genre éditorial ou, si on veut, littéraire. Je ne considère pas la nouvelle comme la sœur cadette du poème ni comme l’aînée du roman. Tout ce que je sais de la nouvelle, quand elle n’a rien à voir avec un roman, c’est qu’elle est vite écrite et qu’elle n’a besoin de personne ni de rien pour exister, vivre et mourir comme chaque chose et chaque être qui habitent ici ou ailleurs selon les circonstances. Je ne vois pas comment procéder à un classement de celles-ci en fonction de caractères, de paysages, de styles ou de toute autre manière d’en percevoir l’intérêt. Ce ne sont pas non plus des laissées pour compte. Certes, on les trouve en marge du chantier, mais toujours comme satellites d’un noyau qui soutient l’édifice. Je ne crois pas qu’elle soient essentielles à la compréhension ni à l’estimation littéraire de l’ensemble, mais elles ne sont pas plus désagréables à lire qu’autre chose. Si on pense me reprocher d’y perdre mon temps et celui, plus précieux, du lecteur, je dirai qu’en y regardant de plus près on y trouvera plus facilement les éléments fondateurs du tout, un peu comme il n’est pas inutile d’observer le parpaing avant de s’intéresser aux murs et à ce qu’ils soutiennent et enferment. L’esprit ne sera pas sollicité, quelquefois au-delà de la patience admissible, par les questions d’architecture qui agitent toujours la conception du roman et s’achèvent en général, à ma connaissance du moins, par la mort inoppinée de ses inventeurs. On meurt rarement en cours de nouvelle, ni à la fin. S’il y a une seule raison pour les écrire, celle-ci suffit à considérer le temps qu’on y passe à les lire comme une belle manière de s’occuper à autre chose qu’à en regretter leurs chutes d’étoiles filantes.

Certaines d’entre elles ont été écrites par Pierre Vlélo qui, lui, a été conçu pour ne jamais souffrir de jalousie à mon égard.

Patrick Cintas

Les liens qui suivent renvoient aux pages de la RALM :

Branlette du Bataclan
Branlette de l’ouvrier
Branlette de la colère
Branlette de l’épectase
Branlette du baladin occidental
Branlette du violeur
Branlette du père-qui-êtes-au-ciel
Branlette au théâtre
Branlette de l’émigré
Branlette de la mémoire
Branlette de l’amitié
Branlette des religions
Branlette du privé
L’interruption
Astor Pastor
Un lit pour la mort
Le point Mort
La poupée
Petra Rufus
Équinoxe
La sixième fête
Le Bien Nommé
Les quatre filles du docteur Hupanart
Le choix de Jadis
Noms et Pays
Factotum
Dans et hors la Nuit
De livre, nada
L’Éternité
Azza
La faille
Clavileño
Momie
Fuite éperdue dans le labyrinthe de la cité
Michel de la Patience
Si vous me cherchez, je suis à la fenêtre
Mes bottines
Un stylo dans le cul, ça écrit, ça écrit/Deux stylos dans le cul, ça écrit, ça écrit/Trois stylos dans le cul, ça use les esprits !
Vous êtes Arthur Grolot et vous me faites chier depuis vingt ans
Écrivez des nouvelles, vous verrez...
Poésie, théorie, connerie
Poésie, pompée, inspirée, etc.
Poésie, bien, mal
Bonne nouvelle – Patrick Cintas et l’esprit français
Vous me connaissez…
Et si l’Enfer c’était moi ?
Si nous reparlions...
Pour promettre, elles promettent !
Vous allez voir ce que vous allez voir !
A quoi sert le sexe de Dieu s’il est tout puissant ?
Crime de sang !
Comment on appelle le cri du rat ?
Je crois qu’elle m’aimait
On ne leur demande pas assez de s’expliquer
Du bon rapport entre homme et femme
Un cigare, un verre de rhum et cette foutue guerre
Le facteur sonne au moins une fois
Histoire du type qui comprend rien mais qui en veut
Seule la marchande de bonbons est au courant
On n’en sort pas si facilement
C’est là que vous le trouverez
Les idées et les femmes
Napoléon et les Cannibales
Surtout en temps de guerre
C’est de plus en plus compliqué et je vis seul
Dites-moi si j’ai raison de pécher
Qu’est-ce que je savais de cette femme ?
Premier été avec les autres
La chair est triste, encore heureux !
Les noyés du jour au bord de la mer
L’âme noire de Josie la femme du loir
Maintenant, on m’accompagne...
Aux portes de l’Enfer, moi
Les enfants n’aiment pas la mort
L’arrêt de mort
La poupée russe
Zapo fait la fête
Le caméléon en vacances
Ce que chez toi je suis venu chercher
Un jour, je te dirai tout
Merci de m’avoir lu
L’homme est l’avenir de la femme
Confession d’un fonctionnaire au service de la folie
Le fils de personne
L’Île des requins, Clara, Angela et d’autres encore
Les nouveaux croisés de l’Empire français
Les morts ont la vie dure
Un slip de marque Renaud
Une chance ou une autre
Une école des cadavres
Un pleurnichard
Je suis né comme ça
Une seule après-midi avec Belle
À moi la vie !
Il portait une casquette jaune
Non, ce n’est pas haine, monsieur le Président !
Ah ! Ah ! Oh ! Oh !
Une étoile file dans le ciel de Paris
Où il est dit avec quoi chantent les anges
Une si jolie fille
Sauvez Prospero !
Histoire du Vampire de Saint-Drôme-des-Vents
Un sale verre
Les hommes préfèrent les garces
Weltanschauung étatique (petit cul)

>> d’autres encore - en vrac...

 

 

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

 

Site officiel [>>

 

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -